Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Politique intérieure

Coup de colère d’une administration centrale

Certains responsables locaux ne font pas leur devoir correctement, bien que, par fonction, ils connaissent la situation et les ressources locales, a dit ZHOU Shengxian, directeur de la SEPA (Administration d’Etat pour la protection de l’Environnement). Selon lui, des dirigeants locaux trop indépendants défient régulièrement les initiatives du Centre et font délibérément obstruction à ses décisions politiques.
A l’appui de ces fortes paroles, un sondage du Journal de la Jeunesse (21/11), a opportunément révélé que, pour 86% des sondés, le manque de contrôle (du Centre) serait la cause principale de la corruption locale.
Pour plus de 50%, la protection de l’environnement, les statistiques et les audits, devraient relever directement du gouvernement central.
Actuellement, seuls quelques administrations, telles que les impôts (locaux et d’Etat), la gestion des terrains et la supervision qualitative, sont directement contrôlés par Pékin.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

A Hong-Kong, la mémoire de Tiananmen met à l’épreuve la patience du parti

De Deng Xiaoping à Hua Guofeng, l’itinéraire d’un despote

Les nouveaux « légistes » et l’idéal démocratique

Hong Kong mis aux normes. Réflexion sur la portée et la fragilité des systèmes démocratiques

Les vœux de Xi Jinping, à sa gloire, au peuple et à la Nation