Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Politique intérieure

“Crimes économiques” : la pointe de l’iceberg

Selon le ministère de la Sécurité Publique, la police chinoise aurait mis à jour plus de 60.000 cas de criminalité économique en 2005. Pas moins de 50.000 suspects engagés dans ces activités auraient été arrêtés et 14,3 milliards de yuans récupérés.
Pékin a fait un effort particulier de coopération avec des services étrangers pour rapatrier de tels suspects en vue de leur jugement en Chine.
L’an dernier au total, les tribunaux étrangers ont approuvé l’extradition de 53 Chinois inculpés de crimes économiques. 320 inculpés auraient été effectivement récupérés en deux ans de cette façon. Le ministère estime à 800 le nombre des Chinois recherchés pour crimes économiques et résidant dans des pays étrangers.
Le plus célèbre d’entre eux, que Pékin veut absolument récupérer, est LAI Changxing, parrain mafieux de la province du Fujian dans les années 1990, aujourd’hui réfugié au Canada.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Le 4 mai, genèse du nationalisme chinois

Retour de flammes académique. Mise aux normes universitaire et contradictions marxistes

La longue portée des armes chinoises

L’obsession normative exportée hors de Chine

40e anniversaire des réformes. Crispation politique et incertitudes