Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Taiwan

Déclaration d’investiture de CHEN Shui-Bian : bonne volonté tous azimuts

Dans son discours d’inauguration, prononcé à Taipei le 20 mai sous une pluie battante, le président CHEN Shui-Bian s’est efforcé de réduire les tensions avec la Chine et les Etats-Unis. Il a confirmé son intention de "réorganiser la Constitution actuelle" avant la fin de son mandat en 2008, écartant semble-t-il une procédure de référendum,. Il a déclaré en outre : "Je suis tout à fait conscient qu’un consensus est encore hors d’atteinte sur les questions de souveraineté nationale, de territoire et le sujet de l’unification ou indépendance. Je propose donc explicitement que ces points spécifiques soient exclus de la réorganisation constitutionnelle...".
Autre affirmation : le détroit de Taiwan restant un point chaud d’importance internationale, il est impératif pour Taiwan de renforcer sa défense. Mais CHEN Shui-Bian a aussi souhaité une nouvelle approche des problèmes et une stabilisation des rapports avec Pékin, les deux parties ayant en commun le même héritage culturel. Le président taiwanais comprend que Pékin ne puisse pas abandonner son insistence sur le principe d’une seule Chine en raison de "complexités historiques et de sentiments ethniques". Mais Pékin doit aussi comprendre la profonde conviction taiwanaise de défendre la démocratie, d’aimer la paix, de poursuivre leurs rêve sans être menacés et d’aller vers le progrès. CHEN est allé jusqu’à dire que "la RoC et la RPC - Taiwan et la Chine -" pourraient établir toutes formes de relations. "Nous n’exclurons aucune possibilité tant qu’il y aura le consentement des 23 millions de Taiwanais".
Concluant par un appel à la bonne volonté de tous, CHEN Shui-Bian a souhaité que les deux cotés établissent "un cadre dynamique de paix et de stabilité", la "garantie qu’il n’y aura aucun changement unilatéral au statu quo dans le détroit de Taiwan" et la promotion accrue des échanges culturels économiques et commerciaux, y compris les ’Trois liaisons’...".

Washington a qualifié ce discours de "constructif", tout en réaffirmant que les Etats-Unis ne soutiennent pas l’indépendance de Taiwan, s’opposent à toute tentative de modifier le statu quo, sont fermement attachés à la politique "d’une seule Chine" et au "Taiwan relations Act". La réaction chinoise, en revanche, est très méfiante. Le Waijiaobu se montre hostile aux "activités de provocations en faveur de l’indépendance" de CHEN Shui-Bian, qui seraient "la plus grande menace actuelle à la paix et à la stabilité dans le détroit de Taiwan".


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Les défis de l’obsession réunificatrice

Tsai Ing-wen à la peine. Sous la vigilance de Pékin, le paysage démocratique de l’Île évolue

Taiwan à la recherche d’un nouveau soft-power

« Quand Pékin harcèle Taïwan, Washington lui ouvre les bras. »

Flambée de tensions dans le Détroit sur fond de « bruits de ferraille ». Quel avenir pour Taïwan ?