Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Politique intérieure

Des élections nationales sur mesure

L’assemblée nationale chinoise a examiné le projet de Résolution sur l’élection, avant fin janvier 2008, des députés au 11e Congrès national Populaire, la prochaine assemblée. Ces députés doivent être élus par l’ensemble des Congrès populaires des provinces, Régions et Municipalités qui ont été ou seront renouvelés entre l’été 2006 et l ‘été 2007.
Il y a des cas particuliers, le plus gros étant celui des migrants, que l’on estime maintenant à environ 200 millions, dont 120 millions dans les grandes villes et le reste dans les petites et moyennes. La décision a été prise de leur réserver des « quotas » de députés nationaux. Mais il y a quelques questions à résoudre.
La première est : combien ? La règle en vigueur prévoit un député pour 240.000 citadins et seulement un pour 960.000 ruraux. Les migrants seront-ils placés entre les deux ? Une autre question est : à quelle circonscription appartiennent-ils ? Beaucoup n’ont plus de « hukou » (carte de résident) à la campagne et pas encore en ville.

Un autre cas particulier examiné est celuis des députés attribués aux « régions administratives spéciales » : 36 pour Hong Kong et 12 pour Macao, c’est-à-dire le même nombre qu’actuellement. Mais chaque élection, à Hong Kong surtout, ranime l’espoir d’un progrès démocratique. La Chine a quand même signé le traité sino-britannique de 1984 qui prévoyait un cheminement vers le suffrage universel. Hélas, le projet de Résolution prévoit seulement d’élargir un peu la « conférence électorale » chargée d’élire les députés nationaux. Celle-ci sera seulement de 1.300 grands électeurs à Hong Kong et 300 à Macao.
Le leader de Hong Kong, Donald Tsang a, semble-t-il, été empêché le 10 mars de s’exprimer à la télévision sur ce sujet. On voit que, malgré le contrôle des candidats, les élections indirectes et d’autres moyens de pression, ce n’est pas aussi facile que l’on croit d’organiser des élections garantissant la « stabilité sociale ».


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Faces cachées et risques de la mise au pas des groupes numériques

Le foisonnement affairiste d’Internet, la prévalence du Parti et l’exigence de loyauté

A Hong Kong, Pékin réforme la loi électorale, durcit la gouvernance et élimine la mouvance démocrate

Au Zhejiang, la pensée marxiste de Xi Jinping tente la mise aux normes du marché à l’aune des « caractéristiques socialistes »

A Hong-Kong, la mémoire de Tiananmen met à l’épreuve la patience du parti