Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Editorial

Des réussites et quelques échecs, pas de miracle

Le dernier livre de Philippe Massonnet fournit, à notre connaissance, un des meilleurs tableaux de la Chine, un des plus complets sur la période 2006-2008 [1]. Qu’on ne se trompe pas, l’auteur mesure bien l’importance et les succès impressionnants de Pékin. Mais allant plus loin, il en démonte pour nous les mécanismes, le prix et les conséquences possibles. Aucune information d’actualité importante de ces dernières années n’échappe à cet observateur professionnel à l’esprit foisonnant.

Philippe Massonnet s’est en effet créé une base de connaissances et d’expériences au fil de quatorze ans passés en Chine depuis 1984. De 2002 à 2008 en particulier, il a dirigé l’Agence France-Presse en Chine. Ses analyses et réflexions en sont presque trop riches malgré la censure et la propagande qui écrasent les sources chinoises.

Pour lui aussi, la Chine est désormais “incontournable” sur les plans de l’économie, des rapports internationaux, de la puissance militaire, comme... du sport. Mais jusqu’à maintenant, il n’y a pas eu de miracle : la Chine d’après 1949 et celle d’après 1992 se sont construites sur des concepts et sur un système inédits. Certains ingrédients de cette recette chinoise sont connus, d’autres moins. Certains datent de plusieurs millénaires, d’autres sont plus modernes. Le mélange est explosif, il fait saliver le monde, mais en Chine il a un coût plutôt lourd.

Pour l’illustrer, Massonnet évoque Pékin, les chantiers, les constructions verticales et la ville aux six périphériques. La publicité qui a remplacé les slogans politiques ; l’argent devenu l’obsession première ; la culture rabougrie et la télévision anesthésiante. L’invasion du téléphone portable et des voitures agressives, l’air irrespirable de la Capitale. Les millions de nouveaux adhérents sans foi au parti, qui sont là par calcul, la nouvelle classe moyenne dépolitisée et intéressée. Les institutions, le parti et la Ligue de la Jeunesse (75 millions chacun), l’ALP armée du parti, les polices et les milices, les Comités de quartiers, etc., représentent une cohorte massive autour d’un pouvoir opaque qui n’a jamais été élu sans passer par plusieurs filtrages organisés d’en-haut.

Le Parti communiste chinois s’adapte depuis trente ans, contraint et forcé, en maintenant, et si possible en consolidant son monopole du pouvoir. En Chine, que ce soit explicite ou non, tout ce qui est important se fait “sous la direction du Parti”.
Pour l’auteur, le PCC ressemble fort à “une secte puissante, qui résiste aux épreuves du temps, se modernise et attire parfois de brillants éléments. Un parti champion du syncrétisme qui se réclame de Marx, de Keynes et d’Adam Smith. Qui gère le pays d’une main de fer et donne au peuple son smic de liberté et d’argent. Qui s’appuie sur un petit cercle de dirigeants et d’adeptes influents sur des dizaines de millions de fidèles, sur des bras armés impitoyables et sur des adorateurs subjugués”.

A la dimension de la Chine, ce système peut connaître de spectaculaires réussites (comme les J.O.) et aussi des échecs moins visibles (dégradations sociétales et de l’environnement). Il est, plus qu’on ne croit, le produit de l’histoire, de la pensée et de la société séculaire en Chine. Ceci dit, ce système socialo-confucéen, qu’il faut bien qualifier de dictatorial tant qu’il traînera encore certaines traces de totalitarisme, est probablement plus insupportable au niveau provincial et local qu’au Centre. Il lui reste à progresser d’abord sur ce terrain là.

Notes :

[1Philippe MASSONNET, “Pour en finir avec le miracle chinois”, Picquier, 2008, 305 pages.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Dans le sillage scabreux des routes de la soie

Dialogue de sourds à Singapour

Le système Xi Jinping. Resserrer le pouvoir, renforcer la capacité de contrôle politique du Parti. Redresser les comportements

Le brouillard stratégique de la relation Tokyo – Pékin – Washington

Xi Jinping change les codes et s’installe pour durer