Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Société

Détournements de fonds de la Sécurité sociale

La Sécurité sociale chinoise n’en est qu’à ses débuts : son système de retraite, par exemple, a servi en 2005 une modeste pension à 43,67 millions de retraités et une subvention de base à 3,62 millions de licenciés. Mais les détournements ont été relativement importants.
Le Bureau national d’Audit (NAO) a publié le 23 novembre un rapport dénonçant le mauvais usage de 7,1 milliards de RMB (environ 900 millions USD) du fond général de la Sécurité sociale. Celui-ci se monte théoriquement à 2.000 milliards de RMB (253 milliards USD).
En principe, ces fonds doivent être déposés en banques ou placés en Bonds du Trésor de l’Etat. Or dès avant 1999, un total de 2,3 milliards de RMB avait été volés et 4,8 milliards RMB après cette date.
Selon l’Audit, les fonds disparus ont été “prélevés” pour des placements outre-mer, des prêts commerciaux à des sociétés, ou la construction de bâtiments officiels, etc. Dans la Région autonome Hui du Ningxia, le directeur et le chef financier du fond d’assurance-santé avaient carrément transféré 31,9 millions de RMB (4 millions USD) sur les comptes en banque d’amis ou de parents.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

« The Red roulette », une plongée intime et familiale dans le sulfureux mélange des affaires et de la politique

L’heure est à la frugalité

Indices d’une mise aux normes des mœurs dans une ambiance générale de défiance et de contrôle politique

Nouvelles de la pandémie

Au Henan et à Zhengzhou, la « Ville-éponge », un remarquable effort de solidarité des géants du numérique