Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Société

Faut-il inspecter les procureurs sans contrôler les inspecteurs ?

Selon SHI Shenlong, chef de l’équipe d’inspection de la Commision Inspection et Discipline du parti stationnée au Procuratorat populaire suprême (!), un total de 273 procureurs ont été sanctionnés pour corruption en 2006, dont 27 sont soumis à enquête criminelle.
Le Procuratorat populaire suprême est pourtant une force majeure dans la campagne contre la corruption. Dans toute la Chine, les procureurs ont enquêté sur 32.369 cas impliquant 38.457 officiels accusés de prendre des pots-de-vin ou de ne pas faire leur travail.
SHI estime que « ceux qui déforment la Loi par intérêt personnel, abusent de leur pouvoir ou lèsent les intérêts du public doivent être chassés de leur poste ».
Plus que les chiffres, c’est la mission de SHI Shenlong qui est impressionnante. On se demande qui le contrôle, lui et son équipe. Ou si une justice et une presse libres ne seraient pas plus efficaces contre la corruption.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Indices d’une mise aux normes des mœurs dans une ambiance générale de défiance et de contrôle politique

Nouvelles de la pandémie

Au Henan et à Zhengzhou, la « Ville-éponge », un remarquable effort de solidarité des géants du numérique

Le très faible enthousiasme pour la « politique des trois enfants »

Mise aux normes des écoles privées. Une page se tourne