Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chine - monde

Guerre de l’espace et poker menteur

L’essai par la Chine d’un missile anti-satellite, dans la nuit du 11 au 12 janvier a donné lieu à une intéressante partie de poker menteur : il a d’abord déclenché les protestations de Washington, suivies de celles de l’entourage proche - Canada, Australie, Angleterre, Japon - qui reprochent à la Chine l’absense de consultations préalables et l’accusent de se lancer dans une militarisation de l’espace.

Puis, curieusement, Pékin a démenti s’être livré à une telle opération, laissant perplexes les observateurs. Mais, dans leurs accusations, qui pointent une nouvelle fois la menace militaire chinoise, les Etats-Unis oublient de préciser deux choses :

La première est qu’eux-mêmes maîtrisent la technique de destruction de satellites par missile balistique depuis 1985, date à laquelle ils ont procédé à une opération semblable ;

La deuxième est que le Président Bush a, en août dernier, défini une politique spatiale très unilatérale qui, d’une part, défend le droit de disposer sans restrictions de l’espace et, d’autre part, envisage des mesures visant à interdire à quiconque de menacer les intérêts américains depuis l’espace. Le test effectué par les Chinois, et que ces derniers ne confirment pas, serait donc une réponse du berger ulcéré à la bergère un peu trop désinvolte : « Vous définissez une politique spatiale sans nous consulter ; nous faisons ce que nous jugeons nécessaire de notre côté ».

Sur le fond, compte tenu des progrès rapides de la Chine en matière balistique et spatiale, il n’était pas difficile d’anticiper qu’elle parviendrait bien vite à maîtriser une technique déjà vieille de 20 ans.

Au demeurant et toujours selon les sources américaines le satellite FY 1 n’a été détruit qu’au troisième essai. Désormais la Seconde Artillerie chinoise, qui contrôle les programmes balistiques et spatiaux, dispose peut-être des moyens de menacer les satellites d’observation américains, qui, entre autres, seraient utilisés pour la désignation des cibles au profit des missiles de croisière américains en cas de conflit entre la Chine et les Etats-Unis dans le détroit de Taiwan. Une éventualité pour l’instant au moins aussi théorique qu’une guerre de l’espace sino-américaine.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• Vos commentaires

Par NX Le 25/01/2007 à 15h04

> Guerre de l’espace et poker menteur.

Les images du film de la science fiction "starwar" seront petit à petit devenir une réalité. La nouvelle génération auront malheureusement la chance de voir un jour une guerre spatiale.

Comment peut-on définir les frontiers sino-américaines dans l’espace ?

Par Gabriele Garibaldi Le 30/01/2007 à 17h29

> Guerre de l’espace et poker menteur.

Ce geste de la Chine a peu de "chinois" entendu comme "subtil". Pekin a riposté à la nouvelle Politique Spatiale Américaine par un test qui démontre sa capacité à frapper au coeur l’hyperpuissance militaire américaine. Son but est de la pousser à signer un traité qui bannisse universalement l’armament de l’espace, mais il est très improbable que cette administation prenne cette décision (en effet la nouvelle Politique Spatiale Américaine va dans le sens opposé) meme si les experts disent que un traité pareil servirait aux mieux les intérets spatiales américains. La Chine a démontré sa volonté de relever le défi lancé par les USA et si ceux-ci répondront à la provocation chinoise par une escalation, on peut s’attendre à une course à l’armement de l’espace.

- Site indiqué : http://guerranellospazio.googlepage...

• À lire dans la même rubrique

Le G7 au Québec et l’OCS à Qingdao, les deux pôles rivaux du monde

Sous la « tempête Trump », les illusions chinoises de la Chancelière

La crise iranienne, une aubaine pour la Chine ? Et l’Europe ?

Visite de Li Keqiang au Japon. Les lignes bougent-elles ?

Pour Kim Jong-un, Xi Jinping remet le couvert