Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Politique intérieure

HU Jintao renforce son emprise sur l’Armée du parti

Le 2 novembre, Hu Jintao a présidé la cérémonie de nomination au grade de général (général d’Armée) du chef du département général de l’équipement CHANG Wanquan. Le 4 nov., il donnait directement ses directives aux délégués au XVIIe Congrès de la Seconde Artillerie ( SAF, Force nucléaire et balistique de l’APL). Ces contacts directs s’expliquent par l’imporance du nombre des militaires au Congrès (près de 300 sur 2220) et au Comité central.

Un amendement aux Statuts du parti adopté le 21 octobre par le Congrès a souligné “le besoin d’être sûr que l’APL remplit ses missions historiques dans l’ère nouvelle”. Ces missions générales seraient au nombre de quatre : défense du parti au pouvoir, un environnement pacifique pour le développement stratégique du pays, le soutien des intérêts nationaux et la paix mondiale dans un contexte de croissance.

A la veille et au lendemain du XVIIe Congrès du parti, le président HU Jintao a renforcé son autorité sur les Armées en remaniant (normalement) la Commission militaire centrale (CMC) et en procédant à des vagues de nominations de généraux.

Comme le prescrivent les Statuts, en effet, le premier plénum du nouveau Comité central, réuni à la fin du Congrès, a confirmé les dix à quinze membres de la CMC nommés par le Bureau Politique. Le président HU Jintao a été élu président, assisté de deux vice-présidents, le général GUO Boxiong restant en place et le chef du Département général politique de l’APL, XU Caihou, que l’on voit maintenant succéder le moment venu au ministre de la Défense CAO Guangchan. Les généraux GUO et XU sont également au Bureau politique du parti.

Dès l’ouverture du Congrès, les trois généraux les plus importants, GUO Boxiong, CAO Guangchan et XU Caihou, faisaient assaut de déclarations radicales en “étudiant” le rapport politique de HU Jintao devant les délégués militaires au Congrès. Ils juraient d’accroître encore la préparation des Forces contre les menaces extérieures : “nous nous opposons avec détermination aux actions ‘d’indépendance de Taiwan’, nous ne permettrons jamais à quiconque de séparer Taiwan de la Chine, quels que soient les noms et les moyens” (GUO). “Des efforts inébranlables doivent être faits dans l’APL pour obéir à la direction du parti” (CAO) : “tout refus ou neutralisation du commandement du parti sera combattu sans compromis”. Et XU de demander aux Forces armées “de saisir la crème de la stratégie définie dans le rapport de HU Jintao”.

Etonnant. Mais le lendemain, un niveau au-dessous, les six généraux déjà dans la Commission militaire centrale (LIANG Guanglie, LI Ji’nai, LIAO Xilong, CHEN Bingde, QIAO Qingchen et JING Zhiyuan) répétaient les mêmes engagements à la préparation des Forces, à la fidélité idéologique et à la soumission totale au pouvoir du parti.

De son coté, HU avait déjà promu d’autres généraux dans la CMC : CHANG Wanquan, WU Shengli (Cdt de la Marine), XU Qiliang (Cdt de l’Armée de l’air) et CHEN Bingde (nouveau chef de l’EMG). Au niveau des sept Régions Militaires -Shenyang, Beijing, Lanzhou, Jinan, Nanjing, Guangzhou et Chengdu- on avait noté cinq remplacements récents de commandants et trois de commissaires politiques. Le rajeunissement ainsi réalisé est d’environ cinq ans en moyenne. On peut penser que HU Jintao a ainsi consolidé son emprise sur le commandement des Armées. Il n’y a pas d’armée nationale en Chine, l’APL est plus que jamais l’armée du parti et pas celle de la Nation.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Faces cachées et risques de la mise au pas des groupes numériques

Le foisonnement affairiste d’Internet, la prévalence du Parti et l’exigence de loyauté

A Hong Kong, Pékin réforme la loi électorale, durcit la gouvernance et élimine la mouvance démocrate

Au Zhejiang, la pensée marxiste de Xi Jinping tente la mise aux normes du marché à l’aune des « caractéristiques socialistes »

A Hong-Kong, la mémoire de Tiananmen met à l’épreuve la patience du parti