Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Politique intérieure

L’avant-dernière liste

Le XVIIe Congrès du PCC étant ouvert, le lundi 15 octobre et prévu pour être clos le dimanche 21, les médias étrangers doivent s’attendre à une semaine de secret et de propagande : secret sur les affaires intérieures du parti et généralités en langue de bois composées pour l’extérieur. Ces habitudes favorisent des rumeurs et des fuites, vraies ou fausses.

De bons observateurs s’accordent cependant sur une liste partielle de hauts dirigeants accédant au groupe suprême, le Comité permanent du Bureau Politique. Des modifications sont encore possibles, sinon probables. Il s’agit donc d’une « avant-dernière liste ».

HU Jintao (SG et président de la CMC) et le premier ministre WEN Jiabao, garderont probablement leurs fonctions et rangs dans le parti. Point d’interrogation sur WU Bangguo et LI changchun. Nouveaux entrants : XI Jinping (Secrétaire PCC à Shanghai), LI Keqiang (Secrétaire PCC à Shenyang), HE Guoqiang (Secrétaire Dpt.Organisation) et ZHOU Yongkang (membre Secrétariat PCC et Min/Sécurité Publique). Départ de ZENG Qinghong. Rien ne presse : on connaîtra l’équipe au pouvoir le 21 ou 22 octobre.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

La « Troisième résolution historique » place Xi Jinping au pinacle de l’appareil

Les embarras politiques de la liaison adultère entre Peng Shuai, championne de tennis et Zhang Gaoli, ancien membre de l’élite

Faces cachées et risques de la mise au pas des groupes numériques

Le foisonnement affairiste d’Internet, la prévalence du Parti et l’exigence de loyauté

A Hong Kong, Pékin réforme la loi électorale, durcit la gouvernance et élimine la mouvance démocrate