Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chine - monde

L’Europe peut-elle jouer un rôle dans la solution de la crise tibétaine ?

C’est une affaire entendue, la Chine gère mal la question tibétaine et l’Occident tout entier la montre du doigt, s’interrogeant sur la meilleure façon de faire pression sur elle, évoquant comme une obsession les stratégies extrêmes du boycott des JO, que presque tout le monde dit refuser, mais dont chacun parle sans cesse, ce qui, en Chine, ajoute aux paranoïas sécuritaires préolympiques. En revanche si on tente d’évoquer les réalités du Tibet traditionnel proches de l’obscurantisme, décrites dans de nombreux ouvrages académiques documentés, que Pékin dit vouloir corriger, les échanges tournent vite à l’invective.

Jean-François Revel l’écrivait dans « la connaissance inutile » : les hommes semblent avoir peur de la vérité, surtout quand elle dérange quelques mythes rassurants qui les aident à vivre. Celui du Tibet est déjà vieux. Dans un monde dur et sans pitié, sujet à de vastes bouleversements, dont nous n’avons pas encore mesuré les conséquences, l’existence d’un endroit sur terre qui correspondrait peu ou prou à l’image du paradis idéal, ou à celle du « bon sauvage », de surcroît immobile dans les secousses qui s’annoncent, est un « point fixe » rassurant. La force des invectives qui surgissent partout dans le monde lorsqu’on égratigne les mythes est directement proportionnelle à leur puissance d’apaisement.

Essayons d’apprécier la situation, non pas de manière univoque et manichéenne, mais au travers de plusieurs viseurs. D’abord celui des mystiques tibétains, dont le mode de vie détaché et recueilli offre l’image d’une sagesse rassurante, riche et profonde, qui génère une force spirituelle, aujourd’hui inconnue en Occident. Ce qui n’empêche pas d’examiner l’histoire parfois très violente du « pays des neiges » avec réalisme et de constater quelques survivances obscures encore de nos jours.

Quant au « viseur chinois », nous le connaissons mieux, car il est sans cesse disséqué et analysé par une cohorte toujours plus nombreuse et toujours plus assidue de « China Watchers ». Dotée d’une culture presque uniquement politique, plutôt matérialiste et pragmatique, chevauchant une machine économique à la limite de l’emballement générant d’inquiétants effets pervers, obsédée par le dangereux fantasme du rattrapage de sa puissance multiséculaire, et d’une revanche à prendre sur les humiliations infligées au XIXe siècle par les grands pays occidentaux, la Chine, est devenue à l’occasion un banquier planétaire de plus en plus intégré au monde, mais de loin en loin encore tiraillée par le démon de la fermeture. Elle est à la fois puissante et fragile. Quant à la pensée de ses élites politiques, qui se nourrit encore d’une philosophie progressiste, inspirée du marxisme revisité par un capitalisme aux accents très nationalistes, elle est à des années lumière de la culture immobile et apaisée des moines du Tibet d’aujourd’hui.

De la politique au cynisme il n’y a qu’un pas, que la Chine a franchi allègrement, sûre d’être dans son bon droit. En effet, les Chinois qui tiennent comme à la prunelle de leurs yeux à ce territoire trois fois stratégique - promontoire face à l’Inde et à l’Asie centrale, réservoir de ressources minières et château d’eau de l’Asie, symbole de la capacité chinoise à intégrer des minorités culturelles - n’apportent-ils pas le progrès, le développement mécanique et technique, éventuellement des jobs, l’éducation et la santé, et un meilleur niveau de vie ?

C’est le discours officiel. Lui aussi est proche du mythe. Car en réalité les Tibétains, laissés pour compte, parfois humiliés, se sentent submergés par le flot migratoire des Han que Pékin ne contrôle même plus très bien. Peut-être ce mépris aux relents très colonialistes, est-il à la racine des troubles actuels, dont nous savons cependant de bonne source qu’ils ont été manipulés de l’extérieur, comme le clame la Chine qui, avec raison, ne croit pas aux fables d’une révolte spontanée. Même s’il est vrai que, sans les frustrations décrites plus haut, les manipulations auraient fait long feu.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

En Europe de l’Est et à Berlin, Li Keqiang manœuvre pour désamorcer la crainte du « péril jaune »

Le G7 au Québec et l’OCS à Qingdao, les deux pôles rivaux du monde

Sous la « tempête Trump », les illusions chinoises de la Chancelière

La crise iranienne, une aubaine pour la Chine ? Et l’Europe ?

Visite de Li Keqiang au Japon. Les lignes bougent-elles ?