Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Politique intérieure

La charte idéologique de HU Jintao

Introduire dans les Statuts du PCC l’apport idéologique personnel d’un n°1 prolongeant « le Marxisme-Léninisme, la Pensée MAO Zedong, la Théorie de DENG Xiaoping et l’importante pensée des Trois Représentations (JIANG Zemin) » est en Chine une sorte de sacre du leader du parti. Le dirigeant suprême devient la source de la Pensée. Le 22 octobre, le XVIIe Congrès a ainsi voté à l’unanimité un amendement statutaire reconnaissant comme prolongement de l’idéologie officielle la « vision scientifique du développement » de HU Jintao.

En pratique, cette « vision scientifique » a déjà été imposée au 16e Comité central depuis 2003, en réaction contre les excès de la croissance à tout va et en particulier les gaspillages de ressources, les atteintes graves à l’environnement et l’écart toujours croissant entre riches et pauvres. On dira que l’idéologie laisse la population chinoise indifférente et que bien des dirigeants provinciaux préfèrent, ou tolèrent, les investissements qui se bousculent et les profits à court terme. C’est vrai, mais dans le haut du parti, l’événement place HU Jintao dans un panthéon situé au-dessus de tous les autres dirigeants vivants.

On peut donc noter que le président chinois semble avoir accepté un compromis aussi sur ce terrain, en renonçant à son autre projet d’amendement, sur le concept de « société harmonieuse ». Plusieurs objections, idéologiques et politiciennes, faisaient difficulté à la désignation de cet objectif comme le but majeur du PCC. HU a renoncé et l’idée de société harmonieuse a donc été, en quelque sorte, dégradée : Les Statuts définissent maintenant les buts du parti à long terme comme l’édification « d’un pays socialiste moderne, prospère, fort, démocratique, culturellement avancé et harmonieux ». La priorité est, pour le moins, nuancée.

Exit donc l’objectif de construire une société (seulement) harmonieuse. Le parti, en revanche, a inscrit pour la première fois dans sa constitution « d’encourager inlassablement, de soutenir et de guider le développement du secteur non-public », ce qui fera plaisir aux entrepreneurs et « de renforcer son travail concernant les affaires ethniques et religieuses ». L’idéologie officielle n’évolue que par petites touches.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Le foisonnement affairiste d’Internet, la prévalence du Parti et l’exigence de loyauté

A Hong Kong, Pékin réforme la loi électorale, durcit la gouvernance et élimine la mouvance démocrate

Au Zhejiang, la pensée marxiste de Xi Jinping tente la mise aux normes du marché à l’aune des « caractéristiques socialistes »

A Hong-Kong, la mémoire de Tiananmen met à l’épreuve la patience du parti

De Deng Xiaoping à Hua Guofeng, l’itinéraire d’un despote