Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chine - monde

La Chine imperturbable

Après une période d’accalmie, liée à la bonne tenue de la Chine dans la tempête de la crise financière, les critiques contre Pékin ont repris de plus belle. L’éventail est large. On s’inquiète de sa proximité chinoise avec la Corée du Nord dans l’affaire du torpillage de la frégate sud coréenne, on dénonce ses ambitions exorbitantes en Mer de Chine et la montée en puissance de sa marine, ainsi que les intentions cachées de sa politique d’ouverture à Taïwan.

Dans le domaine économique, la question controversée des « terres rares » refait surface. La Chine, qui assure 90% des exportations de ces métaux aux noms exotiques, indispensables à nombre d’équipements modernes, a créé une controverse en réduisant ses quotas d’exportation, tandis que la récente décision de laisser flotter le Yuan n’a pas convaincu les observateurs, qui suspectent une manœuvre dilatoire.

Plus inquiétant peut-être : pour la première fois dans l’histoire des relations extérieures de la Chine, les entreprises allemandes, dont les géants Siemens et BASF - à eux seuls ces deux groupes ont investi 9 milliards d’Euros en Chine et y emploient plus de 30 000 personnes -, ont joint leur voix à la grogne américaine - notamment celle de Microsoft et General Electric - pour dénoncer le mauvais climat des affaires.

Dans le collimateur : les violations du droit de propriété et les mesures discriminatoires de Pékin en faveur des entreprises chinoises, qui handicapent l’investissement étranger dans les secteurs de haute technologie. Selon une société américaine d’intelligence économique, la valeur totale des logiciels piratés entre 2005 et 2009 s’élèverait à 7,6 milliards de dollars.

Allemands et Américains dénoncent aussi la nouvelle règlementation sur les appels d’offre de l’Etat stipulant que les candidats étrangers à un marché public doivent accepter de transférer tout ou partie de leur technologie à un partenaire chinois. Pour ne rien arranger la Chine a reculé de la 86e à la 89e place sur 183 dans le dernier rapport de la Banque Mondiale sur l’environnement des affaires.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

La saga olympique chinoise depuis 1952. Sept décennies d’une marche vers l’élite mondiale

Le G7 et l’OTAN ciblent la Chine qui se crispe. Quelques dessous de cartes

La création d’une monnaie digitale et ses arrière-pensées

Chassé-croisé de navires de guerre dans la zone « Indo-Pacifique »

L’Iran, enjeu historique du défi chinois à Washington