Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Editorial

La Chine va mal

Un mois après la tragédie du Sichuan - près de 100 000 tués ou disparus, plus de 350 000 blessés, 12 millions de déplacés, plusieurs villes totalement détruites, 20 milliards d’euros de pertes - la Chine, encore sous le choc, n’est plus la cible des critiques de l’Occident.

A Pékin, on espère que les JO se dérouleront sans incident majeur, mais l’atmosphère reste tendue et crispée. Les accès de la ville sont encombrés par de longues files de camions arrêtés par des équipes de la police armée populaire vêtues de gilets pare balles et casquées, armées de fusils de d’assaut, fouillant les véhicules à la recherche de « terroristes du Tibet ou du Xinjiang ». Les migrants sont peu à peu repoussés vers l’extérieur, tandis que des cohortes de supplétifs des forces de sécurité sont recrutées au sein d’unités spécialement créées pour les Jeux et logées dans des baraquements de fortune construits à la hâte.

Mais à l’évidence si le pouvoir exhorte le pays à réussir des JO exemplaires, il s’interroge sur les tensions qui surgiront après la période anesthésiée des Jeux, noyée sous les maquillages de la propagande.

La Chine en effet ne va pas bien : l’inflation ne faiblit pas ; elle crée même des risques de pénuries graves dans le secteur de l’énergie. L’augmentation des prix du charbon (33 % depuis le début de l’année) grève les budgets des 5 grandes sociétés productrices d’électricité qui affichent des pertes de 500 millions de dollars depuis janvier. Début Juin plus de 40 turbines étaient arrêtées dans le pays, résultat combiné de tensions sur l’approvisionnement en charbon et du refus des opérateurs de travailler à perte, dans un contexte où le gouvernement hésite à répercuter la hausse des prix de l’énergie pour ne pas alimenter l’inflation. Mais les stocks de charbon dans lesquels on puise pour stabiliser les prix ne dépassent pas une semaine.

La distribution d’essence est victime des mêmes tensions et, en province, les stations services ferment. D’autres secteurs sont également touchés : l’immobilier est en berne et la bourse de Shanghai a dégringolé de plus de 50%, résultat des mauvais chiffres de l’inflation, tandis que la hausse des prix des céréales fait planer le spectre d’une crise alimentaire. Enfin, les profits des industries ont en moyenne baissé de 17% par rapport à l’année dernière. Une situation qui, dans les industries à forte intensité de main d’œuvre, n’est pas sans conséquence sur l’emploi.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Dans le sillage scabreux des routes de la soie

Dialogue de sourds à Singapour

Le système Xi Jinping. Resserrer le pouvoir, renforcer la capacité de contrôle politique du Parti. Redresser les comportements

Le brouillard stratégique de la relation Tokyo – Pékin – Washington

Xi Jinping change les codes et s’installe pour durer