Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Editorial

La fin d’un processus : des élections hyper-discrètes

C’est ce mois-ci, en janvier 2008, qu’ont lieu les élections aux Congrès populaires des préfectures et des provinces, ainsi que le renouvellement des gouvernements locaux et peut-être la désignation de représentants au Congrès national populaire qui se réunira le 5 mars. C’est à la fois la fin des processus électoraux de 2006-2007 et l’installation des assemblées représentatives et des organes d’Etat décalée de six mois par rapport à celle du parti communiste [1]

Le parti, justement, entoure d’une grande discrétion ce remaniement du pouvoir dans les provinces. Peut-être pour le mettre à l’abri des manœuvres, des critiques et des contestations de légitimité, le PCC étant maitre des opérations. Le département Organisation du Comité central vient de tenir une « conférence de travail » afin de fixer les arrangements voulus pour ses propres organes locaux pendant la période électorale de ce mois-ci. De source officielle, on évalue à 1968 le nombre des cadres déjà pénalisés pour mauvaise conduite dans les remaniements en cours.

Conjointement, le département Organisation et la commission Inspection et Discipline -deux poids lourds- ont diffusé une liste de dix « Tabous » à respecter et à faire respecter aux niveau provincial et local pour faire ces remaniements « avec des mains propres ». En bref, il est interdit de faire campagne, de rendre visite à des supérieurs, d’offrir des cadeaux ou des souvenirs, de distribuer des pamphlets, d’organiser des activités sociales ou des banquets, de corrompre et de se laisser tenter, de camoufler des activités illicites, de calomnier, d’intimider et de tromper autrui, etc., etc.

Le Centre appelle donc les autorités provinciales et les cadres désireux d’avoir une promotion à être honnêtes et à faire confiance aux choix du parti local, parfois imposé par le centre. C’est un exercice de démocratie « sous la direction du parti », qui fait semblant de respecter des formes, mais n’est pas très efficace contre les clans ni contre la corruption en tous sens.

Notes :

[1cf. nos articles traitant des élections et des congrès populaires.
Voir aussi en archives "Trois processus électoraux en même temps, un seul objectif" (17 novembre 2006).


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Dans le sillage scabreux des routes de la soie

Dialogue de sourds à Singapour

Le système Xi Jinping. Resserrer le pouvoir, renforcer la capacité de contrôle politique du Parti. Redresser les comportements

Le brouillard stratégique de la relation Tokyo – Pékin – Washington

Xi Jinping change les codes et s’installe pour durer