Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Politique intérieure

La police de district aurait été responsable “d’incidents de masse”

La répartition locale de 80% des forces de police de districts (500.000 hommes), dont 8.500 membres de la police criminelle, entreprise depuis l’an dernier, n’a pas tout résolu.
Le ministre de la Sécurité publique ZHOU Yongkang a déclaré récemment dans une réunion de son ministère : “Nous faisons des progrès au niveau local, mais il y a encore des tas de problèmes”. Il faisait allusion à des “méthodes inappropriées” de répression de protestations violentes ou d’émeutes.

Son ministère a en effet diffusé le 5 janvier une circulaire précisant les situations qui le mèneraient à démettre les officiers de police chefs de district responsables. Ces comportements interdits incluent en particulier les suivants :
- fermer les yeux sur, ou protéger les gangs locaux,
- torturer des détenus,
- tirer abusivement par armes à feu,
- provoquer des pertes humaines par des actions inappropriées.

Les officiers de police de district devront également rendre compte de leurs acquisitions de voitures et de maisons, ainsi que des engagements de leur famille dans des affaires telles que des boites de nuit.

Les affrontements violents seraient en augmentation. Selon le ministère, on aurait relevé 17.900 “incidents de masse” au cours des neuf premiers mois de 2006. Il semble que la définition en ait été modifiée, mais le nombre de ces incidents graves pourrait bien être de 23.500 à 24.000 pour toute l’année.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Faces cachées et risques de la mise au pas des groupes numériques

Le foisonnement affairiste d’Internet, la prévalence du Parti et l’exigence de loyauté

A Hong Kong, Pékin réforme la loi électorale, durcit la gouvernance et élimine la mouvance démocrate

Au Zhejiang, la pensée marxiste de Xi Jinping tente la mise aux normes du marché à l’aune des « caractéristiques socialistes »

A Hong-Kong, la mémoire de Tiananmen met à l’épreuve la patience du parti