Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chronique

La profonde mutation de la Gauche chinoise

L’entrée de la Chine dans l’OMC représenterait une grave menace pour les paysans chinois et l’approfondissement des réformes économiques comporterait des risques difficilement contrôlables. La particularité de ces critiques à l’encontre de la politique chinoise est le fait qu’elles ne sont pas formulées par une quelconque dissidence, mais par ceux qui prétendent être la vraie incarnation d’une gauche populaire représentant la « Chine d’en bas ». Oublions les Gardes rouges d’antan et autres images d’Epinal. Le courant politique en question a clairement choisi le domaine social comme terrain de prédilection, et les forums sur Internet de la grande presse chinoise comme tribune d’expression. En voici quelques illustrations :

La lutte contre la corruption n’est-elle pas une cause très populaire ? Les théoriciens de la nouvelle gauche l’ont habilement reprise en leur faveur. Ils n’hésitent pas à fustiger la politique de réformes économiques comme la source du mal puisque le phénomène était quasiment absent à l’époque du Grand Timonier.

L’économie de marché est-elle génératrice de l’inégalité sociale ? Sur ce sujets nos ténors gauchisants sont inépuisables. De la théorie marxiste sur l’exploitation des ouvriers par les patrons à la montée du chômage suite aux restructurations du secteur public en passant par les mauvaises conditions de travail dans les entreprises privées, tout leur est bon pour dénoncer les excès d’un capitalisme incontrôlé et encouragé par l’Etat.

L’adhésion de la Chine à l’OMC est, aux yeux des tenants de cette tendance politique, une grave atteinte à la souveraineté nationale et aux intérêts vitaux de la population rurale. De là à penser qu’il existe un complot entre le grand capital international et une certaine élite chinoise, il n’y a qu’un pas, qu’ils franchissent allègrement. Sans aller jusqu’au protectionnisme pur et dur, ils sont très hostiles à la mondialisation, celle-ci ne favoriserait que la propagation du modèle américain.

Exalter le sentiment nationaliste est aussi un trait essentiel de la nouvelle gauche. Des articles de souvenir de la guerre de Corée (1950-1953) sont régulièrement publiés dans les forums de discussions : ils nourrissent une certaine forme d’anti-américanisme et brocardent par ricochet la politique internationale du pouvoir en place, jugée trop accommodante envers l’impérialisme occidental.

Résolue à jouer un rôle d’opposition raisonnable et constructive, la nouvelle gauche semble avoir d’ores et déjà trouvé un espace dans le paysage politique chinois. Reste à prouver qu’elle serait capable d’incarner une force alternative par rapport au gouvernement d’aujourd’hui. Pour l’instant, le jeu institutionnel lui interdit l’accès au pouvoir, mais pour combien de temps encore ?


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Le Parti, point de situation et perspectives. La « sécurité nationale », assurance à large scope pour la pérennité du Parti-État

Bruits de ferraille en mer de Chine de l’Est. Chronique d’un nationalisme enflammé et contrecoups

Retour sur la troublante psychose de l’origine fabriquée de la pandémie

A Hong Kong, Pékin impose le patriotisme électoral et éteint la mèche démocratique allumée par Chris Patten

Covid-19 – Wuhan. L’OMS a rendu son rapport. Satisfait, Pékin invite à regarder ailleurs