Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chine - monde

La revanche d’AREVA, un succès français et européen

Les deux réacteurs nucléaires récemment commandés à Areva seront construits dans la province du Guangdong, et utiliseront la technologie de troisième génération EPR. Leur installation doit être achevée en 2013.
Cette commande serait de l’ordre de cinq milliards de dollars US, pour une capacité de 3,2 gigawatts. Les modalités définitives du contrat et, en particulier, les transferts de technologie, sont encore objet de négociations.
La Chine prévoit toujours la construction d’une trentaine de réacteurs d’ici 2020, pour porter sa capacité nucléaire installée à 40 gigawatts (4% de sa production d’élecricité).
Westinghouse, contrôlé par le japonais Toshiba, a remporté l’an dernier des contrats pour la construction de deux réacteurs dans la province du Shandong et deux autres dans la province du Zhejiang, au total, une capacité de quatre gigawatts et un montant de six à sept milliards de dollars.
On comprend bien que pour des investissements aussi importants Pékin ne veuille jamais mettre tous ses œufs dans le même panier. En outre l’EPR en est déjà au stade de la construction, alors que Westinghouse-Toshiba n’existe encore que sur plans.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

20e sommet Chine – Europe à Pékin. La marginalisation de l’Union

En Europe de l’Est et à Berlin, Li Keqiang manœuvre pour désamorcer la crainte du « péril jaune »

Le G7 au Québec et l’OCS à Qingdao, les deux pôles rivaux du monde

Sous la « tempête Trump », les illusions chinoises de la Chancelière

La crise iranienne, une aubaine pour la Chine ? Et l’Europe ?