Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Editorial

La sécurité alimentaire et pharmaceutique demandera encore des efforts

Au début de 2007, aux Etats-Unis, des animaux de compagnie sont morts de l’absorption de boulettes importées de Chine, contaminées par un produit augmentant artificiellement le taux de protéines. La « Food and Drug administration » américaine a mis en cause une centaine de marques. Les autorités chinoises concernées ont reconnu la responsabilité de deux entreprises exportatrices et pris certaines mesures.

Le 1er juin, la FDA mettait en garde les consommateurs américains contre les dentifrices “made in China” parfois enrichis de DEG, un ingrédient peu recommendable. Pékin a surtout dénoncé l’alarmisme de la presse étrangère ou la responsabilité de distributeurs en Amérique centrale, où un sirop au DEG importé de Chine a fait des victimes en 2006.

L’insécurité alimentaire et pharmaceutique est surtout chronique en Chine, où de petits fabriquants arrivent à vendre des produits contrefaits, contaminés ou mal contrôlés. La corruption de certains fonctionnaires contrôleurs facilite ce phénomène ; l’incompétence ou l’inefficacité d’autres va dans le même sens.

Dans un pays où l’environnement est maintenant très dégradé, il ya aussi dégradation du respect des normes et de l’éthique professionnelle. Témoins l’absence d’eau potable à WUXI (2 millions d’habitants), le scandale de l’hopital n°3 de l’université Sun Yat-Sen à Canton (13 victimes d’un médicament contrefait), ou l’empoisonnement au plomb dans les campagnes du Gansu (62 enfants malades, 1.000 enfants touchés).

La condamnation à mort de ZHENG Xiaoyu, ex directeur de la “FDA” chinoise (1988 à 2005), qui a reconnu son habitude des pots de vin, et de deux de ses adjoints, suffira-t-elle à redresser l’institution ? Ce n’est pas sûr et en tout cas pas facile, car le problème est ancien.

Mme WU Yi, vice-premier ministre respectée, déclarait déjà en juillet 2005 à Pékin : “La situation de la sécurité alimentaire demeure encore sévère”. Elle dénonçait quatre causes : la pollution des produits agricoles, l’insuffisance des mesures d’hygiène dans les circuits alimentaires (transports, stockages), l’absence ou le non-respect des normes et des contrôles et la vente de produits avariés ou toxiques par des marchands indélicats. Depuis lors, la situation s’est-elle améliorée ?


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Dans le sillage scabreux des routes de la soie

Dialogue de sourds à Singapour

Le système Xi Jinping. Resserrer le pouvoir, renforcer la capacité de contrôle politique du Parti. Redresser les comportements

Le brouillard stratégique de la relation Tokyo – Pékin – Washington

Xi Jinping change les codes et s’installe pour durer