Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chine - monde

La voix de la Chine dans le monde. Le difficile exercice de l’objectivité

La Chine réfléchit à la création d’une Chaîne de télévision de portée mondiale qui pourrait émettre en anglais 24h/24. Depuis plusieurs mois les grands médias chinois tels que Xinhua, CCTV et le Quotidien du Peuple enchaînent les réunions avec des consultants étrangers. Plus de 4 milliards d’euros auraient été débloqués pour ce projet. Dès son arrivée au pouvoir en 2002, le Président Hu Jintao avait lancé une stratégie visant à « mieux faire entendre la voix de la Chine dans le monde ». Depuis cette époque, les organes d’information ont renforcé leurs moyens à l’étranger (le nombre de bureaux de Xinhua dans le monde devrait rapidement passer de 100 à 186). Ils ont aussi amélioré leurs capacités linguistiques et mis en place des équipes de fonctionnaires capables de diffuser rapidement la position officielle de la Chine.

Reprenant une dépêche de Xinhua, plusieurs commentaires de presse ont évoqué l’idée que la Chine envisageait de créer « une Al-Jazeera de l’Asie ». Il reste que la chaîne que Xinhua évoque comme modèle, créée en 1996 et Basée à Doha, est connue pour être l’un des seuls vecteurs d’information politiquement indépendant du Moyen Orient. En réalité il est peu probable que, dans le domaine de l’objectivité de l’info, une chaîne de télévision d’état chinoise puisse, devenir - comme c’est le cas d’Al-Jazeera - un concurrent crédible des grands médias occidentaux tels que CNN ou la BBC, que les responsables chinois semblent vouloir prendre comme modèle.

En revanche, l’ampleur des moyen engagés (30 fois plus que ce qu’avait investi l’émir du Qatar pour créer Al-Jazeera) montre la détermination du pouvoir chinois de faire entendre sa voix. Mais tout indique que le modèle ne serait pas Al-Jazeera, ou la BBC, mais plutôt « la voix de l’Amérique ». Mais sait-on jamais, la quête chinoise de reconnaissance internationale conduira peut-être la version anglaise de la chaîne à prendre quelques distances avec la censure qui ligote toujours fermement les grands médias chinois.

CCTV 9, la plus grande chaîne chinoise en Anglais à ce jour, inaugurée en 2000, qui tente timidement de copier CNN (un bulletin d’information toutes les 30 minutes et des contrats de pub qui commencent à envahir les programmes) a élargi son audience en Asie aux Etats-Unis et en Europe, dans les communautés de Chinois expatriés. Elle s’essaye progressivement au difficile exercice de l’objectivité. Des débats aux sujets controversés sont régulièrement diffusés sur la situation des campagnes chinoises, le système politique, le multipartisme, la démocratie, les droits de l’homme, le droit de propriété etc.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

20e sommet Chine – Europe à Pékin. La marginalisation de l’Union

En Europe de l’Est et à Berlin, Li Keqiang manœuvre pour désamorcer la crainte du « péril jaune »

Le G7 au Québec et l’OCS à Qingdao, les deux pôles rivaux du monde

Sous la « tempête Trump », les illusions chinoises de la Chancelière

La crise iranienne, une aubaine pour la Chine ? Et l’Europe ?