Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Editorial

Le 11e Plan est-il encore l’objet de débats ?

La Commission nationale Développement et Réforme (NDRC), qui est la principale commisssion économique du gouvernement central, annonce une situation de l’emploi dans les villes préoccupante pendant plusieurs années.

Pour 2006, la NDRC prévoit en effet vingt-cinq millions de demandeurs d’emploi, se calculant de la façon suivante : 9 millions d’entrants dans la population active (dont 4,1 millions de diplômés, record battu), 3 millions de ruraux devenant citadins par urbanisation et 13 millions de chômeurs par suppressions d’emplois, dues surtout à la restructuration continue des entreprises d’Etat. (L’emploi en zones rurales est toujours traité à part).

Pour ce qui est de l’offre, la Commission estime que l’économie chinoise ne peut générer, au maximum, que onze millions d’emplois urbains en 2006. On peut la croire puisque, au cours de ces dix dernières années, l’offre d’emplois dans les villes n’a jamais atteint dix millions. Le déficit, c’est-à-dire l’augmentation du chômage en ville, pourrait donc être de 14 millions, le phénomène se répétant les années suivantes.

Ces chiffres officiels sont peut-être vrais, mais on a aussi l’impression que l’annonce en octobre dernier du 11e Plan (2006-2010), porteur de priorités nouvelles (développement durable, respect de l’environnement, économies d’énergie, production agricole, effort social en faveur des zones rurales et des migrants, projet d’aide aux provinces centrales, etc.) se heurte à des résistances et provoque une sorte de débat technocratique par des annonces rappelant aussi tel ou tel autre besoin (par ex. le récent plan scientifique et technique 2006-2020 et, peut-être ce rappel des besoins dans les villes).

Le Comité central du parti a pourtant adopté en octobre les orientations du 11e Plan contre les disparités et inégalités, contre les effets pervers de la croissance et pour une “société harmonieuse”. Mais la direction HU-WEN éprouve le besoin de prêcher tous les jours un changement d’attitude aux cadres ministériels et provinciaux et de multiplier les promesses faites aux ruraux, aux paysans et aux migrants, comme si le 11e Plan économique et social n’était pas encore arrêté à la veille de la session plénière du Congrès national populaire en mars. On se demande ce que cache -ou révèle- le matraquage médiatique actuel.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Dans le sillage scabreux des routes de la soie

Dialogue de sourds à Singapour

Le système Xi Jinping. Resserrer le pouvoir, renforcer la capacité de contrôle politique du Parti. Redresser les comportements

Le brouillard stratégique de la relation Tokyo – Pékin – Washington

Xi Jinping change les codes et s’installe pour durer