Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chine - monde

Le Dialogue stratégique sino-américain échoue sur la valeur du RMB

A Washington, la deuxième session du « Dialogue stratégique économique » sino-américain, tous les six mois, a abouti à quelques « résultats tangibles », selon le Secrétaire au Trésor Henry Paulson, mais pour Mme WU Yi « à des relations compliquées qui exigent un traitement délicat » et surtout pas de mesures de représailles.
Les « résultats tangibles » restent secondaires pour le Congrès américain : une relance de l’accès au secteur financier chinois (cadeau à H.Paulson) et un cadre élargi des liaisons aériennes en 2012 (pas très contraignant). A quoi on peut ajouter les quelques 32 milliards USD de contrats signés par la tournée du vice-ministre du Commerce MA Xiuhong dans 24 Etats (un remède chinois classique contre les humeurs protectionnistes du Congrès US).
Pour le Congrès, seule comptait vraiment la réduction du déficit des échanges commerciaux, vu comme une conséquence de la sous-évaluation du yuan. Sur ce sujet, le dialogue ne mène à rien, semble-t-il, en tout cas si l’on en croit le Représentant démocrate de New York Charles Rangel, un président de Commission qui mène la bataille pour l’institution d’une taxe sur les produits chinois qui bénéficieraient du taux de change de leur monnaie.
Sur ce point, il y a blocage entre les deux capitales et échec du « Dialogue stratégique ». Une réévaluation plus significative du yuan est indispensable pour les Démocrates américains... mais impossible pour les dirigeants de Pékin.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

En Europe de l’Est et à Berlin, Li Keqiang manœuvre pour désamorcer la crainte du « péril jaune »

Le G7 au Québec et l’OCS à Qingdao, les deux pôles rivaux du monde

Sous la « tempête Trump », les illusions chinoises de la Chancelière

La crise iranienne, une aubaine pour la Chine ? Et l’Europe ?

Visite de Li Keqiang au Japon. Les lignes bougent-elles ?