Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Editorial

Le difficile défi de l’ouverture et de la transparence

Alors que le défi des Jeux Olympiques est en ligne de mire, la Chine s’essaye à l’exercice, pour elle très difficile, de l’ouverture et de la transparence. Cette douloureuse mutation culturelle d’un pouvoir encore très secret, claquemuré derrière les portes hermétiques d’une nouvelle Cité Interdite, à deux pas de l’ancienne, se produit alors que le pays attire les feux de l’actualité et l’attention du monde, et que son égo est malmené par une série de révélations gênantes sur les défaillances multiples de ses procédures de sécurité alimentaire.

Le parti sait bien qu’au-delà de la sécurité alimentaire, aujourd’hui réorganisée en urgence, ces manquements renvoient aussi aux désordres internes qui touchent d’autres secteurs tels que les mines ou les industries polluantes et dessinent le fond de tableau d’une société handicapée par un grave problème de confiance, diagnostiqué par le pouvoir lui-même comme une dangereuse fragilité, mais qu’il ne parvient pas à corriger.

C’est pourquoi, dans cette période d’imbrication de plus en plus forte des élites privées et publiques avec l’étranger et à la veille d’un rendez-vous médiatique planétaire, les soucis de l’image et de la maîtrise de l’information, conçus comme des outils de propagande et de protection du monopole politique du Parti, restent au coeur des préoccupations des responsables. Ce fond de verrouillage politique heurte de plein fouet les exigences d’ouverture et de transparence dictées par le développement des relations de la Chine avec les démocraties occidentales et leur alliés.

En se portant candidate à l’organisation des jeux, la Chine avait fait le pari qu’elle saurait gérer d’une part les défis de la libération de l’information qui accompagnent l’événement submergé par les curiosités en tous genres des médias internationaux et d’autre part sa volonté de contrôler les informations qui seraient défavorables à son image. S’il est vrai qu’elle pourrait bien gagner son pari dans les campagnes, où le peuple paysan reste soumis aux seules émissions calibrées de la propagande diffusées sur les chaînes de télévision d’état, la partie est déjà perdue dans les couches développées et éduquées.

Ces dernières, parlant anglais, surfent sur internet et accèdent par la magie d’un clic aux grands médias internationaux, qui ne se privent pas de diffuser les informations que le pouvoir tente de minimiser, sur la réalité de la sécurité alimentaire à l’export ou sur d’autres sujets sensibles comme les pollutions sauvages et les dangereux désordres de la gestion des mines de charbon illégales. Par le jeu des connexions familiales et des migrations internes, que le Centre contrôle de plus en plus mal, les internautes, étudiants, migrants à la recherche d’un travail en ville, paysans émancipés, devenus citadins, préviennent ceux des leurs restés dans l’arrière pays de la réalité d’une situation que les administrations locales leur cachent. Il n’est pas rare que ces révélations provoquent des échauffourées avec la police, organisées par ceux qui se sentent floués par les mensonges ou l’absence d’informations.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Dans le sillage scabreux des routes de la soie

Dialogue de sourds à Singapour

Le système Xi Jinping. Resserrer le pouvoir, renforcer la capacité de contrôle politique du Parti. Redresser les comportements

Le brouillard stratégique de la relation Tokyo – Pékin – Washington

Xi Jinping change les codes et s’installe pour durer