Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Taiwan

Le "MAC" s’emploie à faire baisser la tension dans le détroit de Taiwan

Lors d’une réunion d’information destinée aux médias étrangers, le 26 juillet à Taipei, Joseph WU, le nouveau président du "Mainland Affairs Council" (MAC), a déclaré que Taiwan maintiendrait une politique chinoise transparente et s’abstiendrait de provoquer le Continent, de manière à éviter les tensions bilatérales. Il a également rappelé que le président CHEN Shui-Bian avait annoncé, dans son discours d’inauguration le 20 mai 2004, "qu’il ne pousserait pas à un référendum pour instituer une nouvelle Constitution". Il se contentera de réviser certains passages de la Constitution actuelle ne concernant ni la souveraineté de l’île, ni le statu quo, même si le DPP (parti souverainiste) emportait la majorité aux élections législatives de décembre.
Les tensions actuelles entre Pékin et Taipei peuvent se prolonger jusqu’à l’élection présidentielle américaine de novembre et celle de la future assemblée taiwanaise, fin 2004. Mais le président du MAC, qui revient d’une visite de travail aux Etats-Unis a été chargé de confirmer cette concession taiwanaise, exigée à la fois par Washington et par Pékin. Dans un geste de bonne volonté, en outre, Taipei a autorisé l’agence China News Service (CNS) à poster deux journalistes à Taiwan. Xinhua, le Quotidien du Peuple et deux autres organes de presse communistes bénéficient déjà de cette autorisation.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Les défis de l’obsession réunificatrice

Tsai Ing-wen à la peine. Sous la vigilance de Pékin, le paysage démocratique de l’Île évolue

Taiwan à la recherche d’un nouveau soft-power

« Quand Pékin harcèle Taïwan, Washington lui ouvre les bras. »

Flambée de tensions dans le Détroit sur fond de « bruits de ferraille ». Quel avenir pour Taïwan ?