Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chine - monde

Les Etats-Unis et le « péril jaune »

A la mi-août la plupart des grandes agences de presse de la planète reprenaient l’information selon laquelle la société américaine Mattel du groupe Fisher-Price avait rappelé 18 millions de jouets fabriqués en Chine au motif que de petits aimants intégrés et facilement détachables présentaient un risque pour la santé des enfants s’ils les avalaient. La peinture contenant trop de plomb a également été incriminée. Cette affaire tonitruante fait suite à une impressionnante série de mauvaises nouvelles pour l’image de marque de la Chine, toutes liées à la non conformité de certains produits alimentaires exportés pour la plupart aux Etats-Unis (dentifrice, poissons, aliments pour chiens etc.).

C’est une affaire entendue, les produits chinois sont souvent de qualité médiocre et la Chine a des problèmes de sécurité alimentaire. Il y a deux mois le responsable de la sécurité des produits alimentaires et pharmaceutiques a été exécuté quelques semaines après avoir été condamné à mort. On ne se lamentera pas sur son sort. Il avait provoqué la mort de plus d’une dizaine de bébés en 2004, après avoir autorisé la commercialisation de lait en poudre frelaté en échange de pots de vin.

Mais l’ampleur du battage médiatique autour de ces affaires commence à étonner. S’agissant de la qualité des produits frabriqués en Chine dans le cadre d’accords « d’outsourcing », voilà bien lontemps que les sociétés américaines et européennes qui font fabriquer leurs articles en Chine à des prix dérisoires, revendus dans les super-marchés occidentaux avec de très confortables marges, ont pris leurs dispositions pour que leur production soit conforme aux exigences des marchés. A cet effet ils dépèchent sur place ou entretiennent à demeure des agents de contrôle qualité qui veillent au grain au moment de la conception des produits, pendant la fabrication et lors des expéditions en sondant les conteneurs avant leur départ de l’usine.

Aucun conteneur n’est autorisé à quitter l’unité de production tant que le feu vert n’a pas été donné par le Lao Wai (l’étranger) en charge du contrôle. Les jouets Mattel présentent peut-être des déficiences, mais dans ce cas les Chinois, englués dans une société surpeuplée, où l’arrière-plan quotidien est le « struggle for life » et qui découvrent seulement la subtilité du concept de qualité, ne sont pas les seuls responsables. On espère que la société Mattel aura aussi demandé des explications à ses contrôleurs et à ses concepteurs, car évidemment « les petits aimants qui se détachent » ne sont pas une invention du fabricant local.

Etaient-il mal collés ou mal fixés ? les contrôleurs auraient pu le noter. Y avait-il une erreur de conception ? Ils aurait pu la corriger et au passage vérifier à temps la qualité de la peinture au lieu de laisser 18 millions de ces articles, aujourd’hui diabolisés, inonder le marché américain. Bref on ne voit pas là de quoi fouetter un chat et encore moins pourquoi on jette l’anathème sur la Chine. Sauf que l’affaire a déjà tourné au drame et fait une victime, puisque le directeur de l’usine incriminée s’est suicidé après que l’administration chinoise ait ordonné une investigation suite au rappel de ses articles par la société Mattel - une perte de sèche de 30 millions de dollars. Cet acharnement de la bureaucratie obsédée par l’image de la Chine en aval des JO, qui accompagne les fureurs de la presse américaine commence à ressembler à un lynchage.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• Vos commentaires

Par fulup Le 22/08/2007 à 18h37

> Les Etats-Unis et le « péril jaune ».

excellente analyse ! merci !

Par Pierig Vezin Le 13/09/2007 à 11h51

> Les Etats-Unis et le « péril jaune ».

Bonjour,
On m’a redirigé vers votre article car je réagissais de façon fort similaire (bien que beaucoup moins bien documenté) à un article dénonçant les pratiques chinoises lors du dernier rappel de Mattel. Je signalais par ailleurs que les autorités chinoises avaient dès le mois d’aout rétorqué que si les produits n’étaient pas conforme, c’était un problème commercial entre un fournisseur et un acheteur, et que celui ci pouvait simplement regretter de ne pas avoir suffisamment contrôlé sa marchandise, mais que ce n’était pas le rôle de l’état chinois de contrôler les fabrications. Je signal par ailleurs que les conditions de travails dans les usines relève partiellement du même raisonnement. Ce n’est pas parce que vous n’êtes "que clients" que vous n’avez pas devoir de vous renseigner sur votre produit et ses conditions de fabrications.

• À lire dans la même rubrique

En Europe de l’Est et à Berlin, Li Keqiang manœuvre pour désamorcer la crainte du « péril jaune »

Le G7 au Québec et l’OCS à Qingdao, les deux pôles rivaux du monde

Sous la « tempête Trump », les illusions chinoises de la Chancelière

La crise iranienne, une aubaine pour la Chine ? Et l’Europe ?

Visite de Li Keqiang au Japon. Les lignes bougent-elles ?