Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Société

Les hôtels « nids d’amour » pullulent dans les quartiers universitaires

Décidément la libération des moeurs va de pair avec l’économie de marché. Dans les quartiers universiatires des grandes villes chinoises, les hôtels poussent comme des champignons. Héritage de l’époque maoïste, les campus universitaires n’offrent que des dortoirs collectifs aux étudiants qui, aujourd’hui, ne sont plus adeptes du puritanisme d’antan.
Dans ce contexte, les chambres d’hôtels qui se louent par tranches d’heures (12 yuans, soit 1,2 euros de l’heure et 35 yuans par nuit) sont particulièrement bien accueillies auprès de la population visée. La prosperité de cette hôtellerie ne manque cependant pas de susciter quelques controverses voire inquiétudes chez les parents d’étudiants et ceux qui se posent en défenseurs des valeurs traditionnelles.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

L’heure est à la frugalité

Indices d’une mise aux normes des mœurs dans une ambiance générale de défiance et de contrôle politique

Nouvelles de la pandémie

Au Henan et à Zhengzhou, la « Ville-éponge », un remarquable effort de solidarité des géants du numérique

Le très faible enthousiasme pour la « politique des trois enfants »