Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chine - monde

Les touristes chinois débarquent en masse à Taiwan

C’est une première : sept cents touristes chinois du continent ont visité Taiwan pendant deux jours, après avoir débarqué à Jeelong le 10 février à midi d’un navire de croisière basé à Hong Kong. L’ampleur de l’opération a été possible grâce au relâchement des restrictions qui frappent le tourisme venu de la Grande Terre, réminiscence des années de plomb durant lesquelles tout contact avec les Chinois du continent était interdit « pour des raisons de sécurité ».

Les touristes embarqués dans une vingtaine de bus devaient visiter, entre autres, « la place de la liberté », nouveau nom de la place Tchang Kai Chek, récemment rebaptisée, et où se trouve toujours le très solennel mémorial de l’ancien Président de l’Ile, rival malheureux de Mao durant la guerre civile. Nos braves touristes qui, Fête du printemps oblige, ont payé deux fois le prix normal pour un voyage sur l’Ile, devaient rejoindre Kaoshiung par la route avant de reprendre leur croisière pour Hong Kong. Cette destination étant considérée par les autorités taiwanaises comme un « pays tiers », affabulation qui a son importance puisque les liaisons directes avec le Continent sont toujours interdites.

Qu’une autorisation pour une visite de cette ampleur ait été accordée, alors que depuis plusieurs mois la situation dans le Détroit s’était crispée, rappelle que les relations entre Taiwan et le Continent sont aussi gouvernées par le pragmatisme, la curiosité réciproque et l’attrait des affaires : selon le China Post, qui sait compter, cette visite de deux jours génère un revenu de 200 000 euros pour les villes de Kaoshiung et Taipei. La visite témoigne également que la Chine a pris de l’assurance. Il y a encore quelques années elle n’aurait jamais autorisé un mouvement de touristes d’une telle ampleur, craignant que certains d’entre eux, séduits par l’Ile, ne décident d’y rester. Une éventualité d’ailleurs prévue par la loi taiwanaise, puisque les deux agences de tourisme qui ont organisé cette visite risquent 4.000 euros d’amende par défection.

La venue des touristes chinois à Taiwan coïncide avec la tournée de Chen Shui-Bian dans les archipels des Spratley et des Pratas (Dongsha), revendiqués par la Chine et Taiwan et contestés par plusieurs pays riverains de la mer de Chine du Sud. A cette occasion, se posant en Chef d’Etat, le président taiwanais, accompagné du ministre de la défense, a mis l’accent sur la nécessité de protéger les fragiles écosystèmes des îles. Il a aussi réaffirmé le droit de Taipei à prendre part aux négociations avec les pays de l’ASEAN pour régler les litiges. Pékin, pas encore tout à fait sorti des affres de l’hiver le plus froid depuis un demi-siècle, n’a pas réagi.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

En Europe de l’Est et à Berlin, Li Keqiang manœuvre pour désamorcer la crainte du « péril jaune »

Le G7 au Québec et l’OCS à Qingdao, les deux pôles rivaux du monde

Sous la « tempête Trump », les illusions chinoises de la Chancelière

La crise iranienne, une aubaine pour la Chine ? Et l’Europe ?

Visite de Li Keqiang au Japon. Les lignes bougent-elles ?