Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Politique intérieure

Limites de la liberté d’expression en Chine

Selon une déclaration de la cour populaire n°1 de Pékin, GAO Zhisheng, avocat connu comme défenseur des droits de l’homme, a été condamné le 22 décembre à trois ans de prison avec sursis de cinq ans et à un an de privation de ses droits civiques.

Il était accusé d’avoir publié sur des sites comme Epochtimes.com et Secretchina.com neuf “articles séditieux”, dont “Trois lettres ouvertes à HU Jintao et Wen Jiabao” et une intitulée “Le régime n’a jamais cessé de tuer les gens”. Il aurait aussi “calomnié le gouvernement et le système social chinois dans dix interviews” à Radio Free Asia et La Voix de l’espoir et sur leurs sites web.

Dans ce jugement, qui tend évidemment à empêcher GAO Zhisheng de s’exprimer publiquement, il semble que la cour populaire ait apporté un soin particulier à respecter certaines formes légales.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Faces cachées et risques de la mise au pas des groupes numériques

Le foisonnement affairiste d’Internet, la prévalence du Parti et l’exigence de loyauté

A Hong Kong, Pékin réforme la loi électorale, durcit la gouvernance et élimine la mouvance démocrate

Au Zhejiang, la pensée marxiste de Xi Jinping tente la mise aux normes du marché à l’aune des « caractéristiques socialistes »

A Hong-Kong, la mémoire de Tiananmen met à l’épreuve la patience du parti