Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Politique intérieure

Nouveau rejet du droit de propriété de la Terre

Directeur du Groupe central dirigeant sur le travail rural, CHEN Xiwen a affirmé le 30 janvier que “le gouvernement chinois a écarté la possibilité d’une privatisation de la terre”. Selon ses propos, “la propriété de la terre est déterminée par la Constitution chinoise, pas par la politique du gouvernement central”. On s’en tient, en conséquence, à la ligne de “réforme de l’utilisation de la terre” visant à “contrôler les ventes illégales de terres cultivables et à protéger les intérêts des paysans”.
Quelles que soient les raisons de ce maintien du refus de la propriété privée, la première conséquence est la fragilisation de l’agriculture et des agriculteurs dans une phase de développement vigoureux et anarchique de la Chine. Sans droits de propriété, avec un simple droit d’usage, les paysans chinois sont peu à peu éjectés de leur terre pour faire place à l’extension des villes, des routes, voies rapides ou voies ferrées, des usines et grandes surfaces, etc.
La protection de l’Etat ne suffit pas. L’urbanisation accélérée en direction de 600 grandes villes et 20.000 petites (50% de citadins en 2010, 60% en 2020) ne facilitera pas l’autre objectif officiel de préservation, à tout prix, d’au moins 120 millions d’hectares cultivables. On en était à 122,1 millions d’hectares à la fin de 2005.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Faces cachées et risques de la mise au pas des groupes numériques

Le foisonnement affairiste d’Internet, la prévalence du Parti et l’exigence de loyauté

A Hong Kong, Pékin réforme la loi électorale, durcit la gouvernance et élimine la mouvance démocrate

Au Zhejiang, la pensée marxiste de Xi Jinping tente la mise aux normes du marché à l’aune des « caractéristiques socialistes »

A Hong-Kong, la mémoire de Tiananmen met à l’épreuve la patience du parti