Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Politique intérieure

Rapport sur la lutte du parti contre la “corruption commerciale”

Le Groupe dirigeant du parti chargé de la lutte contre la corruption commerciale a fait savoir que 17.084 cas avaient été saisis dans le cadre de la campagne de répression d’août 2005 à la fin de 2006. L’ensemble mettait en jeu plus de 4,5 milliards de yuans (450 millions d’euros).
Curieusement les chiffres publiés par le Procureur populaire suprême sont inférieurs de moitié aux chiffres cités ci-dessus. Le Procuratorat met l’accent sur une quinzaine de zones propices à la « corruption commerciale » : ventes de terres, fonds de la Sécurité sociale, services de Santé, marchés publics, dépôts de bilans et restructurations d’entreprises d’Etat.
Les entreprises et les personnes impliquées dans la corruption commerciale sont sanctionnées et, depuis peu, inscrites sur une liste noire. Les exemples individuels qui sont cités incluent l’ancien président de la Banque de Construction de Chine (CCB), ZHANG Enzhao, mais surtout des directeurs de départements locaux, financiers ou de supervision, ou encore de logistique Santé.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Questions sur les origines uniques de la civilisation chinoise

Zhang Sizhi, la voix des avocats chinois s’est éteinte

Radicale volte-face intérieure et signes d’apaisement de la querelle stratégique avec l’Occident et les États-Unis

Du risque d’instrumentaliser la lutte contre l’épidémie à des fins politiques

La proximité avec Vladimir Poutine en question. Vifs débats internes