Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Editorial

Sans pouvoirs, la 2e Assemblée est utile au fonctionnement du régime

La session annuelle de la deuxième assemblée chinoise, la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC), s’est achevée le 13 mars en présence de tous les hauts dirigeants du parti communiste et de l’Etat. Rassemblant plus de 2.000 conseillers de tout le pays, cette “4e Session du 10e Comité national de la CCPPC” avait commencé dix jours auparavant, le 3 mars.

En jargon officiel, “la CCPPC est une organisation patriotique de Front Uni... servant comme un mécanisme clé de coopération mulparti et de consultation politique, sous la direction du parti communiste de Chine, et une manifestation majeure de démocratie socialiste”, c’est-à-dire sans aucun risque politique pour le PCC.

Ses membres en effet sont désignés, pas élus, parmi les huit petits partis, diverses organisations sociales, des experts et des personnalités connues (dont 10 à 15 % font d’ailleurs de l’absentéisme, faute d’intérêt). Ils n’ont aucun pouvoir, mais s’expriment avec plus de diversité et de liberté que les membres de l’assemblée nationale par des “propositions”, dont près de 4.900 ont été retenues cette année, souvent pour être mises dans un tiroir.

C’est ainsi, par exemple, qu’une de ces propositions, reprise par la presse, a dénoncé les extravagances de la haute administration à tous niveaux en matière de banquets et de construction de bureaux luxueux : mille milliards de RMB (102,5 Mds. d’euros) auraient ainsi été dépensés en 2005. L’auteur de la proposition proposait qu’une commission d’audit soit créée au Congrès populaire national et que les départements d’audit, actuellement subordonnés à l’administration, lui soient rattachés.

Comme chaque année -et ce n’est pas par hasard- cette session nationale de l’assemblée consultative a coincidé, sauf 2 ou 3 jours d’avance, avec la session du Congrès populaire national. Tout se passe comme si le rôle de la CCPPC était de compléter l’information sur le pays, les idées et les critiques (positives) que le parti et le Congrès populaire national, trop disciplinés, ne font pas assez remonter vers l’exécutif. Et peut-être de stimuler ces derniers, puisque le CPN aurait présenté 274 amendements au projet de 11e Plan de développement, dont 47 auraient été retenus.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Dans le sillage scabreux des routes de la soie

Dialogue de sourds à Singapour

Le système Xi Jinping. Resserrer le pouvoir, renforcer la capacité de contrôle politique du Parti. Redresser les comportements

Le brouillard stratégique de la relation Tokyo – Pékin – Washington

Xi Jinping change les codes et s’installe pour durer