Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Politique intérieure

Séisme politique à Shanghai

M. Chen Liangyu, membre du Bureau politique du PC chinois, membre du Comité central PC et secrétaire du comité municipal PC de Shanghai est démis de ses fonctions ce matin, selon l’agence Chine nouvelle. Cette décision a été prise lors d’une réunion du Bureau plitique du PCC. Au comité municipal PC de Shanghai, ses fonctions sont provisoirement assurées par M. Han Zheng, le maire actuel.

Véritable patron de Shanghai jusqu’à ce jour, Chen Liangyu est accusé d’être impliqué dans le scandale du détournement de fonds de protection sociale (voir la chronique "Règlement de comptes à la Villa Moller"), d’avoir couvert les agissements délictueux de ses subalternes et de prise illégale d’intérêts au profit de sa famille, suite d’une enquête préliminaire conduite par la Commission centrale de disciplines et d’inspections du PCC.

A l’approche de la convocation du 6e plénum du Comité central du PC chinois (en octobre), la chute de Chen Liangyu pourrait présager d’importants remaniements du personnel au sommet du pouvoir en Chine.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• Vos commentaires

Par Anonyme Le 28/09/2006 à 07h57

> Séisme politique à Shanghai

Cette affaire rappelle étrangement celle de Chen Xitong en avril 1995. Le maire de Pékin était également membre du bureau politique ; lui aussi était accusé de corruption (qui portait sur 20 millions de RMB). Il avait finalement été exclu du bureau politique et écopé d’une peine de 16 ans de prison. Mais à l’époque c’était la faction de Shanghai avec Jiang Zemin et Zhu Rongji qui tenait le haut du pavé. La direction générale adoptée par cette faction était la modernisation rapide de la Chine, sans trop d’égards pour les effets pervers sur les campagnes et l’accroissement des inégalités. Aujourd’hui le vent a tourné. Il souffle de Pékin et c’est la faction Hu Jintao qui se trouve du côté du manche. Peut-on faire l’hypothèse qu’il s’agit de dégager le terrain en avant du 17e Congrès (2007) pour s’assurer que la politique de correction des inégalités et de rééquilibrage au profit des provinces de l’intérieur pronée par Hu Jintao et initiée par le 11e plan quinquennal sera suivie d’effet.

• À lire dans la même rubrique

La roche tarpéienne de Fan Bing Bing

Le Xinjiang sous la chape de « rectification. »

Hong-Kong à l’aune des « caractéristiques chinoises »

L’élimination « à vie » de Sun Zhengcai

La pensée politique normative