Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Société

« Stabilité sociale » et mesures anti-tabac

Selon ZHANG Baozhen, un directeur adjoint de l’Administration d’Etat pour le monopole du tabac, « fumer est mauvais pour la santé des gens, mais restreindre le tabac menace la stabilité sociale » (7 mars au Congrès national Populaire). Répondant à plusieurs propositions de députés anti-tabac, ce haut fonctionnaire a dit que la privation de cigarettes pourrait fort bien provoquer des émeutes.
« Stabilité sociale », quand cette priorité des priorités est évoquée, généralement le débat est clos, la décision est prise. En l’occurrence, l’argument est un peu étonnant. On aurait plutôt tendance à croire que l’Administration d’Etat est tout simplement hostile à la baisse de consommation du tabac.
La Chine est le premier pays consommateur et producteur de cigarettes, avec environ 2.000 milliards d’unités par an. L’Organisation mondiale de la Santé estime que le tabac tue 1,2 million de Chinois chaque année. Sans mettre en danger la « stabilité sociale », cette fois.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Les tensions psychologiques et sociales de l’extrême rigueur épidémique

Désordres bancaires, crise immobilière sur fond de corruption. Avis de coup de tabac socio-économique

Le projet de corriger la forte proportion de femmes dans l’enseignement objet de controverses

Tensions sur l’emploi des jeunes diplômés

A huit mois du 20e Congrès, douleurs et ajustements de la « stratégie-forteresse » de « zéro-covid »