Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Taiwan

Victoire contestée de CHEN Shui-Bian à l’élection présidentielle

CHEN Shui-Bian a été réélu président le 20 mars, par 6.472.510 voix contre 6.441.912 voix à Lien Chan, candidat de l’opposition KMT-PFP. La différence entre les deux camps n’est que de 30.000 voix (0,22 %), alors que 337.297 voix (2,5%) ont été invalidées. D’autre part l’apparent attentat contre CHEN Shui-Bian et sa co-listière Annette LU, la veille du scrutin, soulève beaucoup de questions. Lien Chan a demandé la saisie des urnes, l’annulation du scrutin et un nouveau décompte des voix. Malgré tout, l’esprit de la démocratie impose de reconnaître, provisoirement au moins, la réélection de CHEN Shui-Bian à la présidence.
Consolation pour les Chinois, en revanche, le référendum n’a pas atteint le seuil de 50% de votants et il n’est donc pas valide. Lien Chan l’avait déclaré "illégal" et avait recommandé l’abstention : il a été suivi par 55% des inscrits. Pékin n’avait pas encore réagi le 21 mars. Le Quotidien du Peuple reportait à plus tard toute relation et réaction officielle. Les agences, Xinhua et CNS, se contentaient d’informer leurs lecteurs de ce que "la réélection de CHEN Shui-Bian par une majorité très faible provoquait des dissensions" et que "le peuple avait rejeté le référendum". Washington est également resté sur ses gardes au lendemain du vote, en raison de la contestation du résultat du vote par l’opposition taiwanaise.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Les défis de l’obsession réunificatrice

Tsai Ing-wen à la peine. Sous la vigilance de Pékin, le paysage démocratique de l’Île évolue

Taiwan à la recherche d’un nouveau soft-power

« Quand Pékin harcèle Taïwan, Washington lui ouvre les bras. »

Flambée de tensions dans le Détroit sur fond de « bruits de ferraille ». Quel avenir pour Taïwan ?