Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Société : derniers articles publiés.

Le Sichuan à nouveau touché par un désastre naturel

La région de Wenchuan qui, le 14 mai 2008, fut l’épicentre de l’un des plus meurtriers séismes de l’histoire récente ayant tué près de 90 000 personnes mortes ou disparues, vient à nouveau d’être touchée par une catastrophe naturelle.
Le 24 juin dernier à l’aube, le village de Xinmo dans le district de Mao où 20 000 personnes avaient péri en 2008, a été frappé par un glissement de terrain qui a englouti 60 maisons et tué plus de 120 personnes ensevelies sous la roche et la boue.
Situé dans une zone accidentée et montagneuse difficilement accessible aux secours, cette région orientale du plateau du Qinghai peuplée de 110 000 habitants pour la plupart appartenant à l’ethnie 羌 族 (han zu) vivant en majorité sur (...)

我是 范 雨素。La souffrance des migrants sur les réseaux sociaux

Selon le bureau des statistiques à la fin 2016, ils étaient 288 millions, en hausse de 4,2 millions depuis 2015, représentant 36% de la main d’œuvre chinoise. Alors que les analyses disaient leur nombre en recul, il ne cesse d’augmenter depuis 2010.
Ce sont les migrants 民工 mingong, soutiers du miracle chinois, laissés pour compte du progrès bien qu’ils furent les principaux artisans du développement accéléré des villes de la côte est. S’il est vrai que la proportion de ceux qui s’expatrient vers des provinces proches augmente, passée de 37% à 41% au cours des 5 dernières années, il n’en reste pas moins qu’ils sont encore 115 millions à vivre loin de leurs racines et de leurs proches qu’ils ne retrouvent (...)

Mon Pékin

Il y a 30 ans, Pekin était une ville horizontale, faite d’un unique périphérique, avec des « hutong » et des cours carrées, pas plus hautes que le mur d’enceinte de la cite interdite.
L’avenue Chang’An n’avait que deux voies, deux larges pistes cyclables bordées de grands arbres majestueux qui, en été, apportaient l’ombre. Sur des supports de bambous accrochés en travers des branches on faisait sécher couettes et vêtements. A partir du mois d’octobre, dans les escaliers des immeubles on stockait d’énormes quantités de choux chinois.
Les maisons et leurs pas de portes donnaient sur l’avenue et la société pékinoise vivait là, les vieux jouant à d’interminables parties de cartes, de dames ou de go ; les (...)

La fête du Qing Ming 清明节 et les nouvelles technologies

En Chine, la capacité opportuniste d’innovation commerciale parfois d’un goût douteux, mais aussi, assez souvent, très originale est presque sans limites. On connaissait les « hongbao » 红包 virtuels échangés sur internet par le truchement des réseaux sociaux qui font le bonheur et la fortune de We Chat et d’Alipay, lors des fêtes de printemps (plus de 150 Mds de $ échangés pour ces deux portails, le deuxième avec l’aide de l’émission de variétés du nouvel an 2016 diffusée par CCTV (lire notre article La bourrasque du paiement en ligne.).
Voici maintenant que la haute technologie de l’information croise le vieux rituel du culte des ancêtres et de l’entretien des tombes à l’occasion de la fête de Qing Ming 清明节 (...)

Modernité et familles élargies. Emancipation des femmes et divorce

A l’occasion du Chunjie a eu lieu près du village de Shishe dans le Zhejiang un rassemblement monstre réunissant les 500 membres d’une famille portant le même nom de Ren 任 (signifiant « entrer en fonction » ou « assurer un poste »). Zhao Yashan, correspondant de la BBC, explique que tous les participants à cette fête s’enorgueillissent que leurs racines récemment mises à jour par les anciens du village, renvoient à plus de huit siècles en arrière, au temps où le sud de la Chine était gouverné par les Song (宋朝) dont la capitale était Lin’an, actuelle Hangzhou.
Pour le chef du village appartenant à la 26e génération et portant évidemment le patronyme de Ren, les participants à ce vaste rassemblement largement (...)