Your browser does not support JavaScript!

QuestionChine.net

Actualité

Savoirs

›› Taiwan : derniers articles publiés.

Tempête autour d’un échange téléphonique

[8 décembre 2016] • François Danjou

Le 2 décembre, Donald Trump a longuement répondu à Tsai Ing-wen qui le félicitait de sa victoire. Ce faisant elle réagissait aux pressions chinoises qui tentent de limiter sa marge de manœuvre diplomatique. En répondant à son appel, Trump a violé un tabou diplomatique vieux de 37 ans. Pékin a réagi avec placidité, mais n’en est pas moins inquiet. A cours des semaines à venir avant l’investiture de Trump, le Politburo consacrera tous ses efforts à veiller à ce qu’une fois en fonction, le « dérapage » ne se reproduise pas.
*
La galaxie de la média sphère, des politologues, stratèges, commentateurs et diplomates du département d’État est en effervescence depuis que, le vendredi 2 décembre dernier, Donald (...)

La reconnaissance d’une seule Chine, principal dilemme de Tsai Ing-wen

[10 août 2016] • François Danjou

Le 30 juillet, lors d’un séminaire de la jeunesse du KMT dédié au « consensus d’une seule Chine de 1992 », Hung Hsiu-chu, la présidente du Parti intronisée en mars dernier en dépit de sa piètre performance personnelle dans la course à la présidence dont elle avait été écartée le 8 octobre 2015 par les instances du KMT, a expliqué que la « réunification » telle que prévue par les successeurs de Tchang Kai-chek ne devait pas « effrayer » les Taïwanais. http://www.questionchine.net/branle-bas-au-kmt
Prenant l’exact contrepied de la présidente Tsai Ing-wen qui, dans son discours d’investiture le 20 mai dernier, avait tenté de rassurer Pékin en n’évoquant jamais la perspective d’indépendance, mais refusant de (...)

Pékin augmente ses pressions sur Tsai Ing-wen

[27 juin 2016] • François Danjou

Tsai Ing-wen et Xi Jinping.
*
Il fallait s’y attendre, quand bien même la nouvelle présidente avait, lors de la cérémonie d’investiture il y a 5 semaines montré plusieurs signes que, dans la relation avec Pékin, elle n’aurait pas la même approche indépendantiste radicale que Chen Shui-bian son prédécesseur du DDP (président de 2000 à 2008), Pékin n’a pas l’intention de laisser à Tsai Ing-wen la moindre marge de manoeuvre tant qu’elle ne sera pas rentrée dans le rang de la reconnaissance formelle « d’une seule Chine. »
Le 25 juin, par un court communiqué de Xinhua le Bureau des Affaires Taïwanaises annonçait qu’en l’absence de la reconnaissance du « consensus de 1992 » par Tsai In-wen, il avait « fermé les (...)

Chiang Ching-kuo, le fils du Generalissimo

[19 mai 2016] • François Danjou

Publié en 2000 par Harvard university press et en France en 2016 par les éditions René Viénet. Traduction Pierre Mallet.
*
Alors qu’à Taïwan la nouvelle présidente indépendantiste a entrepris d’effectuer un retour sur l’histoire de l’Île pour y mettre en lumière les responsabilités du KMT dans les massacres du 28 février 1947 et les 40 années de « terreur blanche » qui suivirent ponctuées par la loi martiale imposée jusqu’en 1987, la biographie du fils de Chiang Kai-shek, Chiang Ching-kuo (transcription Wade-Giles) par Jay Taylor (Harvard University Press, 2000), traduite avec élégance par Pierre Mallet propose à point nommé une rétrospective précise de la règle nationaliste qui a conduit Taïwan vers (...)

Sitemap