Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Taiwan : derniers articles publiés.

Les retours de flamme de la « politique d’une seule Chine »

Si on en croit l’activisme de Stephen Yates, ancien conseiller pour la sécurité nationale de Georges Bush et membre de Heritage Foundation, le think tank conservateur ayant participé à l’élaboration de la pensée stratégique de Donald Trump, lequel met par ailleurs un point d’honneur à réaliser ses promesses, la question de Taiwan, déjà passée au rouge, a toutes les chances de s’envenimer encore.
Le 17 janvier, le South China Morning Post révélait que Yates avait rencontré Tsai Ing-wen en décembre 2016 et qu’il argumentait sur « l’anomalie » de « la politique d’une seule Chine », dont il faut rappeler qu’avant même les déclarations iconoclastes de D. Trump, elle était au cœur des tensions dans le Détroit depuis (...)

Taiwan, le « chiffon rouge ». Analyse de la stratégie des provocations

Dernier symptôme des tensions qui montent entre Washington et Pékin autour de la question de Taïwan après les prises de position de Trump, la réaction courroucée de la Chine suite à la rencontre de Tsai Ing-wen avec le sénateur républicain Ted Cruz, le 8 janvier à Houston, où elle a fait étape sur sa route vers le Honduras.
« La Chine s’oppose fermement à tout contact, sous le prétexte d’un transit, des officiels américains avec la dirigeante taïwanaise dont le but est d’affaiblir la relation sino-américaine », a répété le porte parole du Waijiaobu lors d’un point de presse de routine. Il fallait, a t-il ajouté, que « Washington respecte la politique d’une seule Chine et considère la question de Taïwan avec (...)

Tempête autour d’un échange téléphonique

Le 2 décembre, Donald Trump a longuement répondu à Tsai Ing-wen qui le félicitait de sa victoire. Ce faisant elle réagissait aux pressions chinoises qui tentent de limiter sa marge de manœuvre diplomatique. En répondant à son appel, Trump a violé un tabou diplomatique vieux de 37 ans. Pékin a réagi avec placidité, mais n’en est pas moins inquiet. A cours des semaines à venir avant l’investiture de Trump, le Politburo consacrera tous ses efforts à veiller à ce qu’une fois en fonction, le « dérapage » ne se reproduise pas.
*
La galaxie de la média sphère, des politologues, stratèges, commentateurs et diplomates du département d’État est en effervescence depuis que, le vendredi 2 décembre dernier, Donald (...)

La reconnaissance d’une seule Chine, principal dilemme de Tsai Ing-wen

Le 30 juillet, lors d’un séminaire de la jeunesse du KMT dédié au « consensus d’une seule Chine de 1992 », Hung Hsiu-chu, la présidente du Parti intronisée en mars dernier en dépit de sa piètre performance personnelle dans la course à la présidence dont elle avait été écartée le 8 octobre 2015 par les instances du KMT, a expliqué que la « réunification » telle que prévue par les successeurs de Tchang Kai-chek ne devait pas « effrayer » les Taïwanais. http://www.questionchine.net/branle-bas-au-kmt
Prenant l’exact contrepied de la présidente Tsai Ing-wen qui, dans son discours d’investiture le 20 mai dernier, avait tenté de rassurer Pékin en n’évoquant jamais la perspective d’indépendance, mais refusant de (...)

Pékin augmente ses pressions sur Tsai Ing-wen

Tsai Ing-wen et Xi Jinping.
*
Il fallait s’y attendre, quand bien même la nouvelle présidente avait, lors de la cérémonie d’investiture il y a 5 semaines montré plusieurs signes que, dans la relation avec Pékin, elle n’aurait pas la même approche indépendantiste radicale que Chen Shui-bian son prédécesseur du DDP (président de 2000 à 2008), Pékin n’a pas l’intention de laisser à Tsai Ing-wen la moindre marge de manoeuvre tant qu’elle ne sera pas rentrée dans le rang de la reconnaissance formelle « d’une seule Chine. »
Le 25 juin, par un court communiqué de Xinhua le Bureau des Affaires Taïwanaises annonçait qu’en l’absence de la reconnaissance du « consensus de 1992 » par Tsai In-wen, il avait « fermé les (...)