Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Taiwan : derniers articles publiés.

Sommet des « Think tank » de l’Asie Pacifique à Taipei. Réflexion sur le soft power et la diplomatie taïwanaise de « substitution »

Cet article, publié dans Asialyst le 2 novembre dernier, vient en complément de l’analyse de QC du 29 octobre, mettant l’accent sur le désarroi de la classe politique taïwanaise face aux pressions de Pékin. Exemple des marges de manœuvre diplomatiques que Taipei tente de se donner, nous le reproduisons ici avec l’autorisation de l’auteur et d’Asialyst.
La rédaction.
*
Taïwan est en constante recherche de visibilité internationale. L’isolement diplomatique forcé par la République Populaire de Chine (RPC), qui s’impatiente au sujet d’une unification des deux rives à laquelle une majorité de Taïwanais sont opposés, a nui à la liberté d’action internationale de la démocratie asiatique. Les Taïwanais (...)

Puissance nationaliste chinoise et désarroi démocratique taïwanais

Le 18 octobre, à l’ouverture du Congrès, le président Xi Jinping n’a pas éludé la question de Taïwan. Le sujet est d’autant plus préoccupant pour le régime chinois que depuis 2016, l’Île est dirigée par la mouvance politique confortablement élue, articulée au rejet de la réunification et, sinon à la déclaration d’indépendance, du moins à l’éloignement stratégique et culturel.
Dans son adresse, le Président est sans surprise revenu à l’affichage rassurant exprimant la volonté du Parti de rattacher l’Île à la Chine par des moyens pacifiques, selon le schéma pourtant rejeté par les Taïwanais « d’un pays deux systèmes ».
Rappelant que la condition de relations apaisées avec les partis politiques de l’Île était la (...)

Relations dans le Détroit. Situation et perspectives. Le dilemme de Tsai Ing-wen

Alors que le 17 septembre Wang Yi était à Panama pour inaugurer l’ambassade de Chine après la rupture des liens avec Taipei, il y a trois mois, le moment est venu de faire le point des relations dans le Détroit.
Tandis que dans l’Île, l’amertume est encore vive après la défection du pays d’Amérique Centrale avec lequel les liens datant de 1922 étaient les plus anciens et au moment où l’exécutif à Taipei accuse Pékin de chantage politique après la fermeture de tous les liens officiels un mois à peine après l’investiture de Tsai Ing-wen, Jane Rickards, universitaire britannique domiciliée à Taipei, a, le 13 septembre dernier, publié dans le journal de la chambre de commerce américaine à Taïwan, une synthèse (...)

Coups de boutoir méthodiques de Pékin contre l’Île. Le Panama quitte le navire taïwanais

Sans états d’âme Pékin poursuit ses inflexibles pressions contre Tsai Ing-wen pour la contraindre à reconnaître la politique d’une seule Chine et le « consensus de 1992 ».
Depuis la cérémonie d’investiture en mai 2016, le Continent a fermé tous les canaux officiels de contacts ; par le biais de son réseau international infiniment plus puissant que celui de l’Île, il a augmenté ses harcèlements internationaux en faisant rapatrier en Chine tous les Taïwanais expulsés de pays étrangers pour manquements aux lois et, tout dernièrement, il a, avec l’aide de la présidente chinoise de l’Organisation Mondiale de la Santé, refusé la participation de l’Île à sa conférence annuelle.
Enfin, en février dernier, la fermeté (...)

Sous l’œil de Pékin, Tsai Ing-wen surprise par la volte-face de Donald Trump

Dans son île, à moins de 80 nautiques du continent, Tsai Ing-wen subit depuis son élection la pression grandissante de Pékin en représailles de son arrière-plan indépendantiste et de son refus de reconnaître formellement la « politique d’un seule chine ».
Après avoir le 25 juin 2016, un mois à peine après les cérémonies d’investiture fermé tous les canaux de contacts officiels, Pékin a, grâce à son vaste réseau diplomatique fait bloquer les demandes taïwanaises de participer en observateur aux réunions de l’Organisation de l’Aviation civile et à la convention des Nations Unies pour le changement climatique.
Enlevé par la police chinoise dans la région de Canton le 19 mars, le Taïwanais Lee Ming-chee, militant (...)