Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Société

Sécurité alimentaire et image des produits chinois

Le haut responsible chinois du contrôle sanitaire des produits pharmaceutiques et alimentaire, Zheng Xiao Yu a été exécuté le 10 juillet dernier, moins de 6 semaines après avoir été condamné à mort. La brutalité de la sentence et la rapidité de son exécution traduisent la détermination du pouvoir à Pékin à corriger les invraisemblables dérapages qui ne cessent de ternir l’image de la Chine dans le secteur de la sécurité alimentaire. Au point que certains pays et le comité olympique se sont récemment interrogés sur la qualité de la nourriture qui serait servie aux athlètes en 2008. Certaines délégations ont d’ailleurs pris leurs dispositions pour s’approvisionner à l’extérieur. Des congélateurs seront mis à la disposition des équipes qui le souhaitent.

Dans une conférence de presse placée sous le signe de la transparence la porte parole de l’agence de contrôle de la sécurité alimentaire a tenté de mettre l’accent sur les efforts récents de la Chine dans ce domaine, soulignant que tout serait fait pour que la chaîne alimentaire des athlètes et des délégations des JO répondent aux critères de qualité du Comité Olympique. On peut faire confiance à Pékin pour tenir ces engagements qui touchent à son image.

La porte parole a cependant reconnu que la Chine mettra encore du temps pour s’aligner sur les critères sanitaires modernes car, a t-elle dit, l’expérience de son pays est encore mince dans ce domaine. Au cours de la semaine précédant l’exécution de son ancien chef, l’agence de contrôle a indiqué que 20% des produits alimentaires mis sur le marché en Chine ne répondaient pas aux critères de qualité fixés par le gouvernement. En même temps une polémique enflait sur la qualité de l’eau minérale : 50% des bouteilles mises en circulation contiendraient de l’eau frelatée.

Zheng Xiao Yu avait été relevé de son poste et mis en examen en 2006 puis condamné en mort le 29 mai dernier. Il était convaincu d’avoir accepté des pots de vin en échange de la certification de médicaments contenant des substances dangereuses ayant provoqué la mort d’au moins une dizaine d’adultes et de 12 bébés empoisonnés en 2004 par du lait en poudre frelaté.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

La culture « Sang 丧 », entre dérision, cynisme et rébellion

Confucius au service de la sécurité routière. 车祸 猛 于 虎

Regards sur l’islamophobie des internautes chinois

Effet pervers d’Internet, la mode virale des systèmes « Ponzi »

Les réfugiés de guerre ne sont pas les bienvenus