Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chine - monde : derniers articles publiés.

Violente charge de Pompeo contre le Parti. Les dessous du raidissement chinois

Le 30 octobre dernier, à l’occasion d’un discours du Secrétaire d’État Mike Pompeo au très conservateur Institut Hudson, la méfiance ombrageuse entre les États-Unis et la Chine qui disent pourtant l’un et l’autre vouloir éviter un conflit direct et préférer la coopération, a franchi le cap symbolique d’une guerre encore froide, mais sans merci, entre les « caractéristiques chinoises » exprimées par le régime et l’Occident dont Washington se dit le porte-parole.
Si les mots ont un sens, c’est en tous cas ainsi que résonne une des phrases les plus inamicales jamais proférée publiquement pas un secrétaire d’État américain contre le régime chinois. « Aujourd’hui, nous réalisons enfin à quel point le Parti (...)

La très brouillonne et très contradictoire diplomatie chinoise en Asie du Sud

A peine huit mois après la brutale explosion de violence guerrière entre New-Delhi et Islamabad, allié de Pékin (lire : Mohammed Ben Salman, la Chine, l’ONU, Masood Azhar, l’Asie du sud et l’Iran.), Xi Jinping a après un passage éclair de 36 heures en Inde pour rencontrer Narendra Modi, effectué une visite officielle au Népal coincé entre la Chine et l’Inde.
A force de grands écarts entre des objectifs aux cultures contradictoires, les stratégies chinoises en Asie du Sud se brouillent d’autant plus qu’elles sont portées par l’évidente obsession du n°1 du Parti pour la maîtrise normative des approches stratégiques de la Chine et l’alliance inconditionnelle avec Islamabad, terreau des risques islamistes (...)

Guerre commerciale. Des querelles prosaïques aux conflits systémiques, les risques cachés de la rigidité idéologique et des rivalités de puissance

Le 4 septembre dernier les médias officiels chinois révélaient que Liu He et d’autres proches du dossier américain avaient eu un échange téléphonique avec Lighthizer le représentant pour le commerce à Washington et Steven Mnuchin, secrétaire d’État au Trésor tous deux d’accord pour reprendre les négociations commerciales en octobre.
Est-ce un indice suffisant pour anticiper un apaisement durable de la guerre commerciale ?
Le souci d’apaisement de Pékin.
En Chine, la nouvelle est à mettre en relation avec le souci du Parti d’entourer, autant que possible, l’anniversaire du 1er octobre d’un climat politique favorable sans aspérités.
Cette fois l’exigence d’apaisement, au moins conjoncturel, est (...)

Défense : un Livre Blanc édifiant et modéré

Tout au long d’un nouveau Livre Blanc de 51 pages – le premier depuis 2015 - rendu public le 21 juillet dernier en Anglais et en Chinois, Pékin définit sa « Politique de défense de l’ère nouvelle - 新时代的中国国防 » dont le titre traduit clairement la volonté de placer la stratégie militaire chinoise dans le cadre du « renouveau » fondant l’épine dorsale du message politique de Xi Jinping depuis le 19e Congrès.
Une « ère nouvelle » marquée par une profonde réforme de la structures des forces, réduites de 400 000 hommes, mieux organisées pour le combat interarmées et articulées en « théâtres opérationnels » où la puissance de la Chine rattrape progressivement celle des États-Unis, tendance que le discours chinois qui (...)

Controverses globales autour du traitement des Ouïghour. Pékin rallie un soutien hétéroclite et brouille la solidarité des musulmans

Récemment Pékin a concrètement mesuré l’efficacité et les limites de ses stratégies d’influence globale articulées au pragmatisme de ses projets des « nouvelles routes de la soie » et à son statut de premier prêteur de la planète. L’occasion fut la riposte d’une trentaine de pays pro-Pékin à la mise en cause à l’ONU par 18 pays européens, rejoints par le Japon, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, de la politique de contrôle des populations musulmanes du Xinjiang.
La charge critique rassemblait 15 des 29 pays membres de l’OTAN. Mis à part le Japon ils étaient tous occidentaux et en majorité européens. Les membres de l’Alliance atlantique n’ayant pas signé la lettre mettant en cause la Chine, sont les (...)