Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chine - monde : derniers articles publiés.

Visite de Li Keqiang au Japon. Les lignes bougent-elles ?

D’une durée de 3 jours, la visite officielle de Li Keqiang au Japon, la première depuis 7 ans, a coïncidé avec la rencontre tripartite du 9 mai entre Tokyo, Pékin et Séoul dont le rythme annuel était interrompu depuis décembre 2015 à la suite des refroidissements entre Pékin et Tokyo autour de querelles de souveraineté sur l’îlot Senkaku (Diaoyu Tai en Chinois). Confirmant un dégel des relations diplomatiques en Asie du nord-est, le sommet à trois marqua aussi la première visite d’un président sud – coréen à Tokyo depuis six années.
L’accélération des contacts a été favorisée par les changements rapides des relations de Pyongyang avec Pékin et la perspective du sommet Trump – Kim Jong-un à Singapour, le 12 (...)

Pour Kim Jong-un, Xi Jinping remet le couvert

La Chine entend bien rester dans la course d’une solution négociée de la question nucléaire nord-coréenne. Tel est le message envoyé par Xi Jinping, qui, les 7 et 8 mai, s’est affiché avec Kim Jong-un à Dalian.
Alors que Pyongyang et Pékin étaient en froid au point que, depuis son investiture, le 17 décembre 2011, « Kim le Troisième » n’avait pas mis les pieds à Pékin - les tensions entre les deux ayant atteint leur apogée le 13 décembre 2013 à l’annonce de l’exécution de Jang Song Thaek, oncle par alliance de Kim Jong-un et « tête de gondole » de la filière chinoise, (lire : Purge féroce à Pyongyang. Pékin exaspéré.) - le petit-fils de Kim Il-sung a effectué deux voyages en Chine en l’espace de 40 jours. (...)

L’improbable réconciliation sino-indienne à Wuhan

Le 27 avril, Narendra Modi était en visite informelle en Chine, accueilli par Xi Jinping à Wuhan au bord du confluent de la Han et du Yangzi.
Au sud de la plaine centrale et à 700 km à l’ouest de Shanghai, née de la fusion dans la boucle du grand fleuve des trois villes de Wuchang (rive droite du Yangzi), Hanyang (sur la rive sud de la Han) et Hankou, ancien siège des légations étrangères, aujourd’hui confondue avec Wuchang, la ville avait récemment accueilli Théresa May.
Elle compte une usine géante de fabrication de microprocesseurs (lire : L’impitoyable guerre des microprocesseurs. (Suite).), 120 universités ou instituts dont la 4e université de technologies de Chine (sciences humaines, génie (...)

Les vents contraires de la relation Chine – Europe

Publié le 1er décembre 2017, « China at the gate », par François Godement et Abigael Vasselier est le 2e rapport de l’European Council on foreign relations sur les relations entre l’UE et la Chine.
Le premier rapport publié au printemps 2009 par François Godement et John Fox, était déjà un constat sans concession des vulnérabilités européennes face à la Chine et un appel pour plus de cohésion et plus de pragmatisme dans la politique chinoise de Bruxelles. Lire : Chine Europe. Le vent tourne.
Le nouveau travail enfonce le clou autour de plusieurs idées maîtresses allant du raidissement européen résultat d’une prise de conscience des États membres, aux stratégies chinoises articulées à un changement de (...)

Un porte-avions américain au Vietnam. Symbole des rivalités sino-américaines

Alors que Pékin continue à considérer que les forces armées américaines sont des intrus sur le théâtre du Pacifique Occidental, l’arrivée du porte-avions Carl Vinson ancré à quelques encablures au nord de Danang (« Tourane » du temps des Français) lieu mythique des guerres du Vietnam, (la Française et l’Américaine) qui fut de 1959 à 1975 l’un des plus puissants points d’appui aéronaval de l’armée des États-Unis abritant des unités de reconnaissance aérienne, des escadrons logistiques et des chasseurs de combat, envoie un signal sans équivoque à la Chine.
S’il est vrai que les escales de navires de guerre américains au Vietnam se sont succédées depuis novembre 2003, date de la première escale de l’après-guerre par (...)