Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Taiwan : derniers articles publiés.

Victoire sans appel de Tsai Ing-wen sur fond de lourdes incertitudes

Après une spectaculaire remontée dans l’opinion attestée par les sondages depuis juin 2019 à mesure que se développèrent les troubles à Hong Kong, Tsai Ing-wen (57,1% des voix) a, le 11 janvier nettement surclassé Han Kuo-yu (38,6%), le candidat du Guomindang et son principal concurrent à la présidentielle.
La victoire de Tsai (4e mandat d’un indépendantiste depuis 2000) a d’autant plus de relief qu’elle a battu le record de voix obtenues à une présidentielle depuis 1996, avec 8,170 231 bulletins contre 5,522 119 à Han Kuo-yu. Le 3e candidat James Soong, plafonne très loin derrière à 4,3% des voix avec seulement 608 590 bulletins.
Sans conteste possible c’est bien le poids menaçant de la Chine qui s’est (...)

Elections 2020 : Tsai Ing-wen en tête. Fortes incertitudes pour les législatives

A moins de trois mois du scrutin présidentiel du 11 janvier 2020, la candidature, le 13 novembre, du vétéran James Soong, 76 ans, porte avec Tsai Ing-wen la présidente et Han Kuo-yu son opposant du KMT, le nombre de prétendants officiels à trois. L’annonce vient après les abandons de Terry Gou, le fondateur de Foxconn, le 16 septembre et celui d’Annette Lu, le 2 novembre.
Ko Wen-je, le maire de Taipei a aussi jeté l’éponge, mais, pour les législatives organisées en même temps que la présidentielle, il a demandé à Terry Gou d’être la tête de liste de son « Parti du peuple taïwanais » qu’il vient de créer.
Les colistiers des 3 candidats sont également connus : il s’agit de William Lai, 賴 清 德 – Lai Qing De -, (...)

Le KMT s’alarme des déboires de son candidat. Net redressement de la popularité de Tsai Ing-wen

Il y a une semaine, Michael Cole publiait dans « Taïwan Sentinel » une analyse spéculant sur les hésitations et les fragilités du Guomindang aux prises avec les conséquences politiques du surgissement brutal à Kaohsiung de la figure de Han Kuo-yu, vu par beaucoup comme le relais occulte de Pékin dans la course présidentielle de janvier 2020.
Il est vrai que la sensibilité politique de Cole rattachée à sa participation de 2014 à 2016 au Centre de recherche « Thinking Taïwan » fondé par Tsai Ing-wen dont il fut le rédacteur en chef, pourrait voiler l’objectivité de son jugement.
On lui accordera cependant que la vaste expérience d’éditorialiste au Taipei Times de cet ancien officier de renseignement des (...)

Chine – Taïwan – Etats-Unis, sérieux orages en vue

S’il est une question recélant un fort potentiel de durcissement des tensions sino-américaines c’est bien la question de Taïwan.
Alors qu’à la tête de l’Île, la présidente indépendantiste rue dans les brancards de Pékin qui lui inflige depuis 2016 une série d’humiliations diplomatiques (lire : Coups de boutoir méthodiques de Pékin contre l’Île. Le Panama quitte le navire taïwanais et Taiwan à la recherche d’un nouveau soft-power), aux États-Unis, le renforcement cautionné par Donald Trump de la mouvance adepte de relations plus étroites de Washington avec l’Île (lire : Les retours de flamme de la « politique d’une seule Chine ») porte le risque d’un emballement stratégique.
Contrairement à la discrétion de (...)

« L’incident du Vendémiaire », une fébrilité chinoise

Le mois d’avril 2019 fut marqué par un incident déconcertant entre les marines chinoise et française riche en enseignements sur la réalité des rapports de force dans le Pacifique occidental.
Après avoir accusé le Vendémiaire d’avoir, le 6 avril, empiété sur les eaux territoriales chinoises, alors qu’en réalité il naviguait dans les eaux internationales au centre du Détroit de Taïwan, la marine chinoise a annulé l’invitation de la frégate à la revue navale de Qingdao organisée le 23 avril pour le 70e anniversaire de la marine chinoise.
Pour comprendre brutalité de la réaction d’autant plus étrange qu’elle s’appuyait sur la fausse allégation d’une violation de la souveraineté maritime chinoise, il faut (...)