Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Politique intérieure : derniers articles publiés.

A Hong Kong, un anniversaire en feu

Le 2 juillet, dans la R.A.S, Pékin qui, jusqu’à présent était resté discret face aux vastes tumultes ayant pulvérisé la crédibilité politique de Carie Lam, a donné de la voix pour demander que l’exécutif de Hong Kong restaure l’ordre et traduise en justice les auteurs des violences qui le 1er juillet envahirent les locaux du Conseil Législatif, en partie saccagés.
En ce jour du 22e anniversaire de la rétrocession, plusieurs ligne rouges, urticants et piquant au vif le centralisme politique chinois mâtiné de ressentiments historiques, ont été franchies.
Harcelée par une vague sans précédent de manifestants qui réclamaient sa tête et le retrait définitif du projet de loi d’extradition vers le Continent – (...)

Xi Jinping : Centralisation du pouvoir et fragilités politiques

Le 1er juin dernier, le site China Leadership Monitor (CLM) publiait une série de papiers analysant dans le détail la concentration du pouvoir dans les mains de Xi Jinping depuis 2012.
Sous la plume de Minxin Pei, diplômé d’études anglaises de l’Université pour les études internationales de Shanghai et Docteur en sciences politiques de Harvard, CLM décrivait aussi les modifications apportées aux règles de fonctionnement internes du Parti.
Une autre analyse focalisée sur le pouvoir de l’actuel n°1 était signée de Guoguang Wu, originaire du Shandong. Ancien proche de Zhao Ziyang, le premier ministre limogé par Deng en 1989 (lire : Mémoires d’outre tombe de Zhao Ziyang.), Wu, aujourd’hui professeur de (...)

Le 4 mai, genèse du nationalisme chinois

Il y a 2 semaines, le Parti célébrait le « Mouvement du 4 mai 1919 - 五四运动- Wusiyundong » dont c’est le 100 ième anniversaire et dont la portée décisive est peut-être mal appréciée en Occident. En Chine, les « places du 4 mai » sont aussi nombreuses qu’en France celles du Général De Gaulle, du 18 juin 1940, de la Libération ou de la victoire.
Il y a un siècle, faute stratégique majeure peut-être favorisée par les penchants pro-japonais de Georges Clemenceau dont la maison de Saint-Vincent sur Jard est ornée de « Koinoburi » ces oriflammes en forme de carpe de la tradition nippone, le traité de Versailles attribuait à l’ennemi héréditaire japonais les concessions allemandes du Shandong.
La décision qui répondait à (...)

Retour de flammes académique. Mise aux normes universitaire et contradictions marxistes

Il fallait s’y attendre, le professeur Xu Zhangrun, auteur le 24 juillet dernier d’une critique publique rédigée depuis le Japon et adressée au président Xi Jinping, intitulée « A l’heure de nos craintes et de nos espoirs » (lire : Fêlures) fustigeant le nationalisme ayant trahi les principes d’ouverture réformiste en vigueur depuis 1978, vient de subir un premier retour de flamme politique. Tout indique que ce n’est pas fini.
Le 25 mars, la présidence de Qinghua lui a signifié qu’il devait cesser ses cours, que son salaire serait réduit et qu’une équipe de l’université allait enquêter sur la lettre ouverte postée en juillet. Dans un message envoyé à ses amis sur son portable, Xu a partagé ses inquiétudes : (...)

La longue portée des armes chinoises

Lors de sa réunion annuelle l’Assemblée Nationale Populaire a rendu public les chiffres du budget de la défense pour 2019 : 177,6 Mds de $. En augmentation de 7,5%, il se maintient de très loin au 2e rang mondial après celui des États-Unis que le ministre de la défense Patrick Shanahan espère porter en 2020 à 718 Mds de $ essentiellement en réaction à la montée en puissance militaire de la Chine .
Pour des raisons inhérentes au goût du secret et à l’opacité du système chinois, il est difficile de tracer les contours exacts du budget chinois – pour 2018, le Pentagone le situait déjà à 207,6 Mds de $ (chiffres de IHS Market), tandis que le SIPRI l’évaluait à 228 Mds de $ -.
Pour augmenter le flou, les (...)