Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Technologies - Energie : derniers articles publiés.

Rivalités sino-américaines et risque de dislocation de la mondialisation « high-tech ». Le pire n’est jamais sûr, mais la menace se précise

Pratiques, pragmatiques et réactifs, les Chinois tentent une réponse à l’impérialisme américain qui prétend dominer la planète en contrôlant les technologies de pointe. La dernière alerte en date ayant instillé une angoisse au cœur du sérail des sociétés « high—tech » chinoises eut lieu en mai dernier quand la Maison Blanche avait imposé un embargo interdisant, entre autres, la vente à Huawei du logiciel d’exploitation Android développé par Google.
Mise en œuvre dans toute sa rigueur, l’interdiction aurait pu porter hors de Chine un coup fatal à la branche des portables du groupe.
Depuis, la mesure a été levée par D. Trump, mais la crainte et la vulnérabilité demeurent. De toutes parts des mises en garde (...)

Guerre commerciale, rivalité d’influence. Huawei dans l’œil du cyclone

Tous les journaux chinois alignés sur Xinhua, repris par la presse internationale en parlent : Le 21 mai, le président Xi Jinping était à Yudu, dans le district de Ganzhou, à l’est du Jiangxi pour commémorer l’épisode spectaculaire et mythique de la « Longue Marche » durant la guerre civile par lequel, selon la légende, le parti a échappé à sa destruction par l’armée de Tchang Kai-chek.
A cette occasion, alors que dans ses « tweet » et interviews D. Trump exprimant l’intention de banaliser le conflit, ne cessait de priser son exceptionnelle relation avec Xi Jinping, ce dernier prononçait un discours appelant les Chinois à se préparer à participer à une « nouvelle longue marche : 我们正处于长征的起点, 以纪念红军开始其旅程的时间. (...)

Chine – Russie. Contrats de gaz

Lors des journées des investisseurs organisées par Gazprom à la fin février à Singapour et à Hong Kong, le géant russe a déclaré que les 3000 km de gazoduc vers la Chine étaient terminés à « 99% » et que les livraisons commenceraient à la fin 2019.
L’information éclaire l’état du projet signé en 2014 avec la Chine prévoyant la livraison de 38 mds de m3 de gaz par an pendant 30 ans. En septembre 2018, Gazprom avait déjà déclaré que la part russe des conduites courant des gisements à l’ouest et au nord du lac Baïkal jusqu’à la frontière nord-est de la Chine était achevée.
L’annonce faisait suite à une réunion le 15 février dernier à Pékin entre Alexis Miller PDG exécutif de Gazprom et Wang Yilin, Président du Conseil (...)

Inquiétudes au CNRS

Les craintes inspirées par l’offensive tous azimuts chinoise commencent à saisir la communauté scientifique française. Le dernier éditorial de la revue de presse du CNRS en Chine est clairement une alerte, face à ce qui est perçu comme une mise ordre de bataille de la machine économique, des centres de recherche chinois et de l’armée pour capter les technologies.
Au cœur des inquiétudes il y a d’abord les intentions clairement affichées du programme China 2025. Avant toute chose un projet de rattrapage technologique, l’offensive a pour but, dit l’éditorial, de « rester en tête des manufacturiers de la planète grâce à la montée en gamme industrielle articulée à l’information et à la robotisation ».
C’est (...)

Hydrocarbures. Têtes coupées et gaz de schiste

Le 27 décembre on apprenait que Chen Bo, le PDG d’Unipec (China International United Petroleum & Chemicals Co., Ltd. - 中国国际联合石油化工有限公司 – instrument international de Sinopec (China Petroleum & Chemical Corporation -中国石油化工股份有限公司) et Zhan Qi, Commissaire politique du groupe avaient été relevés de leurs fonctions, à la suite des pertes de 794 millions de $ au cours des 9 premiers moins de 2018.
Mise au pas d’un PDG rebelle.
Les raisons de ces disgrâces ne sont pas liées à la corruption comme ce fut souvent le cas au cours des dernières années, mais à l’un des talons d’Achille des grands groupes récemment publiquement dénoncé par l’économiste Xiang Songzuo. Ce dernier pointait du doigt leur tendance à consacrer une (...)