Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Editorial : derniers articles publiés.

Chine – Etats-Unis : les difficultés d’un apaisement. La page des grands compromis stratégiques se tourne

Alors que la guerre des taxes sino-américaine approche les 300 jours et que le pessimisme gagne les Chinois inquiets de la chute de 25% de la bourse en un an et du ralentissement des marchés de l’immobilier et de l’automobile (premier freinage sensible depuis 20 ans qui touche aussi l’industrie allemande), une délégation américaine conduite par Robert Lightizer et Steve Mnuchin est venue à Pékin, le 28 mars.
La rencontre dont les compte-rendus n’espéraient pas une solution à court terme fut cependant suivie le 4 avril d’un nouveau voyage (le 2e en 3 mois) à Washington de Liu He qui y a rencontré D. Trump. En dehors des scepticismes et des commentaires sur « certains points essentiels encore à résoudre (...)

ANP 2019. Une scénographie sélective

Le 15 mars, le premier ministre a clos la réunion annuelle des deux assemblées par la traditionnelle conférence de presse au grand Palais du Peuple. Durant 2h30, face à 1200 journalistes chinois et étrangers, perpétuant le ton conciliant et pédagogique inauguré par Wen Jiabao en mars 2003, Li Keqiang a, comme lui, tenté de rassurer son auditoire sur l’économie chinoise, le progrès des réformes et la marche de la Chine vers l’ouverture.
En apparence, l’exercice se voulait une transparence et une nouvelle preuve de l’ouverture chinoise aux médias. Réfutant au passage les doutes sur la réalité des statistiques récemment exprimés par Xiang Songzuo (向松祚), professeur d’économie à l’Université du Peuple, Li a (...)

Taïwan : appelant à la rescousse la conscience des démocraties, Tsai tente d’échapper au face-à-face avec Pékin

Usant de l’arme des médias internationaux contre les pressions de Pékin, Tsai Ing Wen a, dans une longue interview accordée à CNN publiée le 21 février, renouvelé l’appel et la mise en garde au monde démocratique formulés lors de son discours de nouvel an, en réponse à celui de Xi Jinping où le n°1 chinois mêlait les menaces à la séduction. Lire : Les défis de l’obsession réunificatrice.
L’épine dorsale de son message était simple. Taïwan n’est pas seulement une petite île à moins de 100 nautiques du continent chinois. Elle est le symbole de la résistance portant les valeurs universelles du droit international, de la liberté d’expression, d’élections libres et de la séparation des pouvoirs. Si la communauté (...)

A l’orée de l’année du cochon, bilan discordant de l’année du chien

Laissant la place à l’année du « cochon de terre », l’année du chien a pris fin le 4 février. Elle avait commencé en fanfare par la suppression en mars 2018, lors de la réunion annuelle de l’ANP, de la limitation constitutionnelle du nombre de mandats présidentiels. La décision faisait suite à l’affirmation culturelle et politique démarquée de l’Occident des « caractéristiques chinoises », exprimée lors du 19e Congrès en octobre 2017.
A cette occasion, Wang Yi, le ministre des Affaires étrangères avait lancé avec emphase que « les “nouvelles routes de la soie“ étaient la force la plus active pour l’instauration d’une gouvernance globale propre à résoudre les défis de la planète ». Dans la foulée, il ajoutait que (...)

Une « paix inconfortable. » Les non-dits du duopole sino-américain. Pékin face aux contrefeux

Alors que la justice américaine a officiellement demandé à Ottawa l’extradition de Meng Wanzhou, tandis que le destin du Canadien toxicomane Robert Schellenberg flotte, suspendu à la décision de la justice chinoise qui l’a condamné à mort, l’opinion publique canadienne désemparée et prise entre deux feux, blâme Washington.
Aux États-Unis comme en Chine, chercheurs et hommes politiques semblent avoir intégré que le « Monde multipolaire » qui fut un temps l’espoir de l’Europe et des émergents, n’est plus qu’une illusion.
Ce qui se dessine, dit-on à Washington et à Pékin, est au contraire l’inconfortable duopole d’une paix instable entre Washington soucieux de ne pas perdre son magistère global et Pékin porté (...)