Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Société

Au fil des réseaux sociaux, les faces cachées des funérailles de Li Keqiang

Le 2 novembre a eu lieu à Pékin la cérémonie officielle de crémation de la dépouille Li Keqiang, sous le parrainage des sept membres du Comité Permanent qui présentèrent leurs hommages à sa veuve Chen Hong, 66 ans, diplômée de l’Université Qinghua où elle avait rencontré son mari et de l’Institut des Langues étrangères dépendant du renseignement de l’APL.

Sur les réseaux sociaux les internautes ont fait circuler des vidéos montrant la foule massée le long du cortège funèbre vers le cimetière de Baboshan. Certains criaient leur sympathie « Adieu, Premier ministre ! 总理再见 ! » Ou « Vous avez travaillé dur « 总理您辛苦了 ! »

Signe qui ne trompe pas d’une tension au sommet, à part l’éloge officiel de l’appareil qui parlait de lui comme d’un « Dirigeant exceptionnel - 杰出领袖 » et de son décès comme « d’une grande perte pour le Parti et le pays 党和国家的巨大损失 », mais sans jamais oublier de mentionner qu’il œuvrait sous « la ferme direction de Xi Jjinping - 在习近平坚强领导下 », les médias ne s’autorisèrent aucun commentaire sur sa trajectoire et sa pensée politiques.

Autre indice que le Parti craignait des débordements de sympathie pouvant apparaître comme autant de désaveux de Xi Jinping, les abords du cimetière de Babaoshan avaient été investis par quelques centaines de policiers en civil qui veillèrent à disperser les attroupements.

Après le 27 octobre, date de son décès, à peine 7 mois après son départ à la retraite, la personnalité de Li Keqiang a été l’objet d’une avalanche de commentaires sur les réseaux sociaux. Parfois ils prirent de vitesse la censure.

Éloge du pragmatisme et de la simplicité bienveillante.

Un des commentaires, largement diffusé avant d’être effacé était intitulé « 
Quand les gens rendent hommage au Premier ministre Li Keqiang, que célèbrent-ils exactement ? » (…)

(…) « Ils font l’éloge de son engagement en faveur de la vérité et du pragmatisme. Comme cette fois où, à la réunion de l’ANP [en vidéo conférence de mai 2020], répondant à un journaliste, il avait révélé que 600 millions de Chinois vivaient avec des revenus mensuels inférieurs à 1 000 yuans (137 dollars). »

(…) « Appréciant son respect du marché, de la loi et du bon sens, ils admirent son histoire personnelle, né d’une famille ordinaire, diplômé de la meilleure université de Chine grâce à un travail acharné. »

Selon Andrew Methven, qui scrute avec talent les réseaux sociaux, les appréciations les plus fréquentes firent référence à son « altruisme désintéressé 大公无私 da gong wu si » ; et à son « travail acharné, jusqu’à l’épuisement 鞠躬尽瘁 ju gong jin cui ».

On répéta son inflexible profession de foi pour l’ouverture « Tout comme les eaux du fleuve Jaune et du Yangtze ne peuvent inverserleur cours, la Chine continuera à s’ouvrir 中国开放还要继续往前推进,黄河, 长江不会倒流. » Un bref message évoqua son esprit de justice et de mesure « 有权- fort - 不可任性 - mais ennemi de l’arbitraire - ».

Un de ses anciens camarades de Qinghua diffusa même la photo d’un de ses manuscrits datant des années quatre-vingt.

« Être candides, mais pas sans instruction 纯真而不欠闻 ; à la fois bienveillants et résilients 善良而不失坚强 ; nous élever au-dessus du monde ordinaire 把生命高举在尘俗之上 ; en même temps mous fondre dans la société 又溶化于社会之中, telle devrait être la quête commune de toute notre génération 这应该是我们这一代的共同追求” ».

Mais la synthèse la plus pertinente de la vie politique du septième Premier ministre de la RPC, proche de l’Occident, réformateur de bonne foi, convivial et intègre, mis sous le boisseau par le Président, est venue d’un intellectuel chinois aux États-Unis.

Débordant les médias chinois, Wu Guaoguang, chercheur à Stanford, fit circuler sur les médias internationaux une critique désabusée des effets paralysants de l’omnipotence de Xi Jinping.

Son titre : « Résigné dans l’impuissance 无能为力 ».

« Au cours d’une décennie de prudence, - 赔十年小心 -, il est resté droit - 虽洁身自好 -, mais a vécu dans la frustration, 但活得憋屈 ; Arrivé à un pas [du pouvoir], il se retira dignement - 距一步之遥 却急流勇退 - et mourut en vain 竟死得窝囊.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Réseaux sociaux : La classe moyenne, l’appareil, les secousses boursières et la défiance

L’obsession des jeux d’argent et les proverbes chinois

Les tribulations immobilières de Liang Liang et Li Jun

Chute de « l’empereur » Xu Jiayin et « brigandage organisé » au festival de Nanyang

Chômage des jeunes, un explosif politique à court retard