Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Economie

Baisse des investissements européens en Chine

Selon les statistiques de Bruxelles, les investissements européens en Chine ont brutalement chuté de 6 milliards en 2006 à 1,8 milliards d’euros en 2007. Cette baisse est apparue dans un contexte général où les investissements de l’UE dans le reste du monde ont, dans la même période, globalement augmenté de 53% pour passer de 275 milliards à 420 milliards d’euros.

Dans le même temps les investissements chinois en Europe ont également baissé pour tomber de 2,6 milliards d’euros à 0,5 milliards. Toujours dans la même période, l’UE a attiré plus d’investissements directs étrangers (IDE) : ceux-ci ont augmenté de 89% pour passer de 169 milliards à 319 milliards d’euros.

Cette tendance se précise alors que l’UE est, depuis 2004, le premier partenaire commercial de la Chine et que la Chine est le 2e partenaire de l’UE. Enfin en 2007, la Chine est arrivée en 4e position des grands pays émergents pour le total des IDE européens, derrière la Russie (17,1 milliards), l’Inde (10,9 milliards) et le Brésil (7,1 milliards).


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Dans l’urgence d’un branle-bas, He Lifeng prend la tête de la Commission Centrale des finances

Freinage. Causes structurelles ou effets de mauvais choix politiques. Doutes sur la stratégie de rupture avec la Chine

Essoufflement de la reprise. Coagulation des vulnérabilités systémiques. Baisse durable de la confiance

Inquiétudes

La reprise se confirme au milieu d’une baisse des investissements extérieurs. Les ténors taïwanais de l’assemblage high-tech cherchent des alternatives à la Chine