Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Economie

Développement et dégradation de l’environnement réduisent encore l’espace agricole

Le gouvernement central a décrété le 9 avril l’interdiction nationale du paturage, dans l’espoir d’éviter une plus grande détérioration des zones d’élevage et pour protéger l’environnement. Cette interdiction est la seconde en un an. Elle est imposée pour deux mois dans certaines zones, mais pour une année entière dans d’autres.

Selon le ministère de l’Agriculture, la Chine dispose de 400 millions d’hectares d’herbages naturels, dont 260 sont utilisables. Mais plus de 80% de ces derniers se sont détériorés par suite d’utilisation excessive ou de développement sans frein. Les sols sont érodés et deviennent sableux, les cours d’eau entrainent plus de sables et de boues, les tempêtes de sable et les inondations augmentent.

Dans l’ensemble de la Chine, un objectif national majeur est de conserver 120 millions d’hectares de terres arables en 2010, pour pouvoir assurer la sécurité alimentaire du pays.
Pendant le 10e Plan (2000-2005), l’agriculture a cédé en moyenne 1,23 million d’hectare par an au développement et aux constructions. En 2006, ce chiffre aurait été ramené à environ 367.000 ha La superficie totale des terres arables était de 121,8 millions d’hectares fin 2006.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Chine – Etats-Unis, guerre des taxes, guerre totale ou apaisement ?

L’intégration politique, sociale et économique de Xi Jinping face à la guerre commerciale

Où va la guerre des taxes entre Washington et Pékin ?

Liu He à Davos. Entre éloquence, séduction et réalité

Le nationalisme économique perpétue les risques de crise financière