Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chronique

Faux-semblant ou vrai débat ?

Que signifie une divergence d’opinion dans un pays comme la Chine où l’on pratique légalement le contrôle de l’information et où la presse reste la voix de son maître ? En tout cas, une certaine discordance est observable depuis quelques mois entre les journaux papiers d’une part, et les forums de discussion sur Internet de l’autre, bien que les uns et les autres soient placés sous la haute surveillance de l’Etat. Observons d’abord les faits :

Dans la presse, des appels à l’ordre sont émis par des plumitifs poids lourds, comme Zheng Bijian, ancien directeur de l’Ecole centrale du Parti communiste, ou Huang Fuping, ancien directeur de la rédaction du Quotidien du Peuple. Ces deux commentateurs préconisent l’approfondissement des réformes économiques, la modération en politique extérieure et la voie pacifique pour résoudre le problème de Taiwan. Si leur raisonnement paraît alambiqué et leur langage volontairement marxiste, on ressent tout de même un état d’esprit pragmatique, caractéristique des hommes habitués aux affaires d’Etat.

Ce qui peut paraître étrange, c’est que cette opinion qui traduit visiblement la politique gouvernementale n’est pas relayée sur Internet. Elle rencontre, au contraire, un feu nourri de critiques dont la virulence peut faire penser aux pires moments de la Révolution culturelle. Les réformes économiques (surtout celle du secteur public) sont condamnées comme source de chômage et d’inégalité sociale, tandis qu’une diplomatie modérée est critiquée comme un signe de complaisance envers les impérialistes américains et japonais. Ces pamphlets sont certes signés par des inconnus de la grande presse mais, comment ne pas soupçonner un téléguidage quand on sait que ces forums sont également contrôlés par l’Etat chinois ?

La première hypothèse est que les différents médias sont l’objet de traitements différents. Plus accessible aux observateurs étrangers, la presse a donc vocation à présenter la politique de Pékin avec un visage humain. Les forums sont au contraire essentiellement fréquentés par les internautes chinois. On croit peut-être prudent de laisser un espace de défoulement aux nostalgiques de l’époque Mao, aux idéologues purs et durs et aux autres contempteurs de l’économie de marché. Cependant, deux questions demeurent : comment le gouvernement peut-il réussir cet exercice de grand-écart de langage et au fond, quel est le vrai message à retenir quant à l’orientation politique du pays ?

La deuxième hypothèse est plus pessimiste. Ces feux croisés de la presse et d’Internet ne traduisent-ils pas de graves divergences de vue au sein du pouvoir ? Si la croissance continue d’être l’alliée principale du régime actuel, la cohésion sociale est loin d’être parfaite : pauvreté des régions rurales, pollutions dans les grandes métropoles, inégalités sociales et corruption des fonctionnaires sont autant de bombes à retardement. Certes l’aile gauche du Parti n’a pas de proposition alternative mais ses critiques ne visent pas moins les maux réels de la société et sont donc susceptibles de trouver un écho dans une large couche de la population. Hu Jintao est-il prêt à affronter une contestation de tous les laissés pour compte des réformes rassemblés par une poignée d’idéologues de gauche ? Ce serait probablement la plus grande épreuve de son mandat présidentiel.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Le Parti, point de situation et perspectives. La « sécurité nationale », assurance à large scope pour la pérennité du Parti-État

Bruits de ferraille en mer de Chine de l’Est. Chronique d’un nationalisme enflammé et contrecoups

Retour sur la troublante psychose de l’origine fabriquée de la pandémie

A Hong Kong, Pékin impose le patriotisme électoral et éteint la mèche démocratique allumée par Chris Patten

Covid-19 – Wuhan. L’OMS a rendu son rapport. Satisfait, Pékin invite à regarder ailleurs