Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Technologies - Energie

HUAWEI, le flambeau du succès High Tech, pilier de la captation de technologies ?

EN BREF

7e édition du forum CHINICT.

La high-tech chinoise a été placée sous le feu des médias internationaux à l’occasion de l’édition annuelle de la foire à l’innovation chinoise CHINICT - 26 et 27 mai 2011 -, dont la première édition avait eu lieu en 2005.

L’engouement se nourrit de la voque des entreprises IT chinoises comme Tencent (messageries instantanées), Sina (portail Internet) ou Baidu (recherche en ligne). Comme ailleurs, l’attrait des investisseurs de la planète repose sur le potentiel du marché, puisque les 437 millions d’internautes ne représentent encore que 35% de la population chinoise.

Leur succès s’est essentiellement appuyé sur la capacité à s’inspirer des technologies américaines mises au point par google, facebook ou twitter et à les adapter au goût et exigences du marché chinois, donnant naissance à des « start-up » à l’ascension fulgurante comme Baidu, Weibo ou QQ.

Les organisateurs du forum affirment dans leur plaquette publicitaire en ligne que « la Chine est en train de dépasser la Silicon Valley pour devenir le foyer de l’innovation mondiale ». Il y a cependant loin de la coupe aux lèvres puisque le cœur de tous les produits mis au point par les compagnies chinoises est un dérivé direct ou indirect des innovations américaines.

L’aéronautique chinoise au salon du Bourget

Lors de la 49e édition record du salon du Bourget - 2113 exposants, venus de 45 pays, 345 000 visiteurs, dont 145 000 professionnels, 150 aéronefs présentés, 730 commandes pour l’Airbus A 320néo, plus économe en carburant -, la Chine et la COMAC (Commercial Aircraft Corporation of China 中国商用飞机有限责任公司), constructeur chinois dérivé de l’AVIC, ont présenté les maquettes de l’ARJ 21, 100 places - certification attendue à la fin de 2011 - et du C919 , 168 places - certification attendue en 2014 -.

La commercialisation des deux appareils qui ne sont pas encore complètement au point, bénéficiera de l’explosion attendue du marché de l’aéronautique. Selon Boeing, d’ici 20 ans, 35 000 appareils de 100 à 200 places devraient s’ajouter à la flotte mondiale.

L’Onera, précise que ce chiffre est basé sur une hypothèse de croissance annuelle du trafic aérien de 5,1 %, tiré par l’augmentation du PIB de l’Asie et des BRICs (Brésil, Russie, Inde, Chine). Il préfigure la multiplication inéluctable des constructeurs qui viendront briser le duopole Boeing Airbus.

Le C 919 aurait déjà fait l’objet de 55 commandes fermes de la part des compagnies chinoises et de 2 compagnies de leasing américaines. La compagnie Ryanair a placé une option pour 200 appareils, à condition que la capacité soit portée à 200 sièges.

En attendant, la coopération s’accentue entre la COMAC et les géants actuels du secteur, constructeurs ou équipementiers - dont 17 apportent leur technologie et savoir faire à l’ARJ 21 et au C 919 -.

Après l’installation à Tianjin d’une usine de montage des Airbus - 1er appareil sorti des chaînes de montage chinoises, le 23 juin 2009 - GE Aviation a signé une JV 50 / 50 avec AVIC pour une coopération sur l’avionique du C919, tandis que Safran et GE installent une usine en Chine pour la production du moteur, à faible consommation CFM Leap - X qui équipe déjà l’A 320néo.

Thalès, qui, en 2000, avait vendu à la Chine 6 radars à usage civil et militaire de surveillance de l’espace aérien, vient de signer un accord pour l’installation d’un système TV - Vidéo dans la cabine passagers du C 919.

Parmi les autres équipementiers en lice pour le C 919, citons Hamilton Sundstrand (système électrique), Nexcelle (nacelle du moteur), Kidde aerospace - avec Hamilton (sécurité incendie), Parker Aerospace (systèmes hydrauliques) et Rockwell (simulateur de vol), Liebherr Aerospace (train d’atterrissage).

Microsoft fournira à Baidu son moteur de recherche en Anglais.

Une année après le départ de Google, en partie pour protester contre la censure, son rival Microsoft a conclu un accord avec Baidu.com pour lui proposer son moteur de recherche destiné aux 10 millions d’abonnés chinois parlant anglais. Microsoft fait le pari que, par ce biais, il accédera au marché des 470 millions d’internautes chinois.

Google est toujours en partie accessible en Chine pour des recherches en Chinois et en Anglais non censurées, mais l’année dernière il a installé son siège social à Hong Kong. En dépit des échauffourées de 2010, Google reste n°2 en Chine derrière Baidu qui détient 80% du marché.

Le TGV Pékin - Shanghai sur les rails.

Le voyage inaugural du TGV Pékin - Shanghai a eu lieu le 27 juin. La distance de 1318 km - la plus longue ligne de train rapide du monde - a été avalée en 5 heures, à la vitesse moyenne de 269 km/h, soit 2 fois plus vite que les trains traditionnels.

Le gouvernement chinois, qui a engagé 106 Mds de $ sur le programme national TGV en 2011, annonce que le réseau TGV comptera 13 000 km de voies rapides à la fin de l’année et 16 000 km en 2020.

Utilisant des technologies japonaises, françaises et allemandes, le TGV chinois est en pourparler pour des ventes en Amérique Latine et aux États-Unis. Cette perspective a soulevé des controverses avec Kawasaki qui dit avoir accepté de céder sa technologie contre la promesse qu’elle ne serait pas utilisée à l’export.

Ma Yunshang, vice-directeur du centre technologique TGV de Qingdao Sifang expliquait qu’après des essais et améliorations, le TGV chinois CRH 380 A « était totalement différent su prototype importé du Japon (...) Il est vrai que nos technologies viennent de pays étrangers, mais cela ne signifie pas que les nôtres leur appartiennent aussi. Nous y avons ajouté notre expérience et notre propre technologie pour ajuster le TGV à nos besoins. Le nouveau train ne leur appartient plus ».

Le 27 juin, le porte parole du ministère du rail confirmait que la Chine allait continuer ses prospections pour l’export. Dans le même temps, il annonçait - étape indispensable pour légaliser les exportations - que 21 demandes de brevet avaient été déposées aux États-Unis, au Brésil, en Europe, en Russie et au Japon.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

L’aéronautique chinoise à Dubaï. Affichage opérationnel et promotion commerciale

Espace et marine de guerre

Une menace chinoise « hypersonique ? »

L’offensive des véhicules électriques chinois

La station spatiale Tian Gong accueille trois spationautes chinois. Dans l’espace, comme sur terre, l’humanité avance en ordre dispersé