Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Société

Inondations. Crues record et cotes d’alerte dépassées

A Chongqing l’armée évacue les résidents.


*

Depuis un mois, le sud de la Chine du Guizhou jusqu’à Shanghai est ravagé par les inondations. 38 millions de personnes sont affectées dans 27 provinces. 150 ont déjà perdu la vie, 28 000 foyers sont inondés. Les dommages sont pour l’instant estimés à près de 12 Mds de $.

Le bureau de gestions des catastrophes naturelles et le ministère des ressources hydriques surveillent 400 fleuves et rivières, parmi lesquels plus d’une trentaine ont atteint ou dépassé la cote d’alerte. L’Anhui, le Hubei, le Jiangxi et le Zhejiang sont les provinces les plus touchées, en alerte rouge.

Le niveau du lac Poyang dans la plaine centrale au sud de Jiujiang est déjà à plus de 2,5 m au-dessus des records des précédentes inondations.

Les réseaux sociaux à l’affut ont noté que seul Li Keqiang avait, le 6 juillet, visité les régions sinistrées. Encore n’est-il allé que dans le Guizhou, dont certains villages ont il est vrai été submergés par des rivières de boue, mais à l’écart du cours du Yangzi et des grandes désolations de la vallée du Grand Fleuve.

Peut-être, parce que, disent certains, la province du Guizhou fut en 2017 le choix de Xi Jinping pour promouvoir sa stratégie de mise en valeur des régions excentrées. Lire 19e Congrès : Qui est Chen Miner 陈 敏 尔 et le § « Une manœuvre pilotée au sommet » de : L’impitoyable guerre des microprocesseurs. (Suite).

Quoi qu’il en soit, Xi Jinping a manqué à la tradition. Tous les secrétaires généraux se sont systématiquement rendus sur les lieux des grandes catastrophes. « Mais Xi est trop occupé avec Hong Kong, le coronavirus et les graves tensions avec les États-Unis », note Xia Ming, professeur de sciences politiques à l’Université de New York. En quelques mois c’est la 2e fois que le n°1 est la cible de critiques dénonçant son absence d’empathie envers les victimes.

Les records de crues ont été battus dans la plaine centrale et dans le Zhejiang et l’ampleur des inondations interroge sur la capacité réelle du barrage des Trois gorges à réguler le cours du Yangzi dont c’est un des rôles principaux à côté de la production d’électricité.

Dès la dernière semaine de juin, l’eau de l’immense lac de retenue long de 600 km dont le niveau était à 10 m au-dessus de la cote d’alerte, à été progressivement libérée vers l’aval. Conséquence, la ville Wuhan située à 300 km plus loin vers l’embouchure, déjà elle-même noyée par l’eau des affluents et les pluies torrentielles, s’est trouvée menacée.

Encore plus à l’est dans le Jiangxi, toutes les récoltes sont submergées et, dans les zones urbaines, l’eau a atteint le premier étage de maisons. Les villages sont envahis par des torrents de boue.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Le très faible enthousiasme pour la « politique des trois enfants »

Mise aux normes des écoles privées. Une page se tourne

Premières alertes de la crise démographique annoncée

La Chine et l’embouteillage du canal de Suez

Les tribulations du « Crédit social ». Du redressement éthique à la mise aux normes politique