Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chine - monde

Chine – Allemagne – Europe. Le grand malentendu

Angela Merkel serre la main de Wen Jiabao
À la fin d’une conférence de presse au Grand Palais du Peuple en février 2012. Photo David Gray/Reuters.

Il y a un mois, le Think Tank européen « European Council on Foreign Relations - ECFR - » publiait un document sur le développement des relations économiques entre la Chine et l’Allemagne et leurs conséquences pour l’Union Européenne.

L’analyse vient à point nommé en ces temps où Berlin tient la barre économique de l’Europe en crise et tente d’y imposer sa vision politique, tandis que le couple Paris – Berlin donne des signes de fragilité, alors que Pékin semble considérer l’Allemagne comme le pays le plus utile à sa montée en gamme technologique, devenue pour la Chine, l’axe prioritaire de sa relation politique avec l’Europe. Bruxelles ne jouant plus qu’un rôle annexe dans l’esprit des caciques du Parti Communiste Chinois.

L’étude est l’œuvre de Hans Kundnani, éditeur en chef du Think Tank de l’ECFR, journaliste - auteur de « Utopia or Auschwitz. Germany’s 1968 Generation and the Holocaust » (Londres/New York, 2009) et Jonas Parello-Plesner, chercheur, ancien Directeur d’une ONG de développement, auteur de l’étude « The Scramble for Europe » avec François Godement et Alice Richard, 2011, qui plaidait pour une unité d’action de l’Union face à la Chine.

Elle pose la question des conséquences que les relations économiques de plus en plus étroites entre Pékin et Berlin pourraient avoir sur les intérêts stratégiques de l’UE que sont sa politique étrangère commune, ses approvisionnements en matières premières et en énergie, ses efforts contre le réchauffement climatique et pour la promotion des droits de l’homme.

Pour les auteurs, l’émergence d’une connivence spéciale entre Berlin et Pékin est à la fois une opportunité et une menace pour le reste de l’Europe. Elle vient à contre temps au moment où l’UE tente laborieusement de mettre en place un cadre stratégique à ses relations avec la Chine, articulé autour des intérêts communs des 27.

Le document explique que l’ampleur des investissements allemands en Chine pourrait créer une dynamique, dont toute l’Europe bénéficierait, mais il souligne également le risque que Berlin, tout à son redressement économique et à sa recherche de débouchés pour son appareil industriel, fasse passer ses intérêts économiques avant les priorités stratégiques de l’UE, créant une conjoncture néfaste qui handicaperait encore plus la difficile marche vers l’intégration politique.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Condamnés à cohabiter en Asie Pacifique, Pékin et Washington reprennent le dialogue

Mer de Chine du Sud : Le G.7 accuse la Chine qui se cabre

Moon Jae-in, le nouveau président sud-coréen. Un surgissement à contre courant, entre indocilité et pragmatisme

L’ASEAN s’aligne progressivement sur la Chine. Volte face et contrepied américains

L’instabilité historique de la frontière sino-birmane. La longue patience de Pékin. Crises de migrants et diaspora chinoise dans l’ASEAN