Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Economie

Conférence économique centrale. Entre rigueur et relance, la lourde facture de l’urbanisation sur fond de risques industriels et sociaux

Les vastes chantiers de construction autour des villes font, depuis plus de 10 ans, partie du paysage de la Chine. Entre 2010 et 2025, 300 millions de ruraux auront migré vers les villes.

Du 18 au 21 décembre a eu lieu à l’hôtel Jingxi à l’ouest de la capitale, dans le quartier de Mentougou, la conférence économique centrale annuelle, présidée par Xi Jinping. De ce court séminaire, tenu comme à l’habitude à huis clos, peu d’informations ont filtré, sinon celles de priorités déjà connues qui vont de l’attention portée à la bulle immobilière, aux parcs de logements vides et à l’intégration des migrants, jusqu’aux vastes surplus industriels, en passant par l’accumulation des dettes des entreprises et des administrations locales.

A ces soucis s’ajoute celui d’enrayer la baisse de la croissance qui plafonne au niveau le plus bas depuis 25 ans et dont le régime dit lui-même qu’elle ne connaîtra pas de rebond, et qu’au mieux, elle se stabilisera autour de 6,5%.

Ce taux de croissance affiché depuis plusieurs mois, y compris par le n°1 du Parti, est d’ailleurs plus le résultat d’un enrobage politique qu’une réalité économique, puisque, se référant à des marqueurs très concrets, tels que le fret, la consommation d’électricité, les profits des entreprises ou les indicateurs d’achat, nombre d’observateurs de l’économie chinoise situent la croissance et ses perspectives en-dessous de 6%, en dépit du frémissement de la part des services dans le PIB et malgré le rebond de la consommation, dont la courbe rattrape à peine celle de 1995.

La relance et les déficits comme marge financière.

Selon Xinhua, pour maintenir la croissance indispensable à la poursuite des réformes, le gouvernement acceptera d’accroître ses déficits budgétaires et poursuivra ses émissions d’obligations, y compris par les gouvernements locaux, non seulement pour se donner la marge nécessaire aux relances ciblées dans la ligne de celles qu’il conduit depuis 2011 [1], mais également et surtout pour répondre à ses obligations sociales et à celles de l’aménagement du territoire (santé, retraites, urbanisation) encore insuffisamment financées.

La presse internationale a accumulé les commentaires sur les avantages et les inconvénients des relances génératrices d’encore plus de dettes et sur le retard des réformes de structures des grands groupes industriels dont la mise en conformité avec le marché est handicapée par le souci d’une croissance minimum, elle-même condition du maintien de l’activité, de l’emploi et de la paix sociale.

Pour autant, focalisés sur les grands signaux macro-économiques et les avantages et inconvénients des relances, les médias internationaux ont assez peu réagi à ce qui fut probablement le souci majeur du séminaire économique de décembre : la quadrature du cercle d’un marché immobilier fragile, dont il faut pourtant continuer à contraindre les prix pour mieux accompagner l’urbanisation et l’intégration des migrants, tout en sachant que les activités industrielles qui lui sont liées comptent pour plus de 20% du PIB.

L’immobilier, les défis de l’urbanisation et de l’intégration des migrants

Une dépêche de Xinhua détaille cette problématique en mettant en exergue un éditorial du Quotidien du Peuple du 23 décembre qui incitait les acteurs de l’immobilier à réduire leurs prix pour faciliter l’accès au logement des nouveaux urbains.

Le souci du régime qui, on le voit, heurte les intérêts des promoteurs immobiliers dont les projets en cheville avec les administrations locales visent surtout la clientèle de luxe pour de meilleurs profits, s’inscrit dans la politique de suppression du passeport intérieur destinée à régulariser progressivement les droits sociaux de plus de 200 millions de migrants sans statut dont une partie doit s’intégrer dans le tissu urbain [2].

Aujourd’hui, 55% de la population chinoise vit dans les villes, mais moins de 40% est titulaire d’un permis de résidence qui garantit le droit aux prestations sociales et à l’école des enfants.

Selon Xu Shaoshi, président de la Commission Nationale pour la Réforme et Développement, le gouvernement lancera en 2016 la phase d’insertion urbaine de 100 millions de ruraux dont les revenus, plafonnant en 2014 en moyenne à 2864 Renmibi mensuels (400 $ ou €), ne permettent pas l’achat d’un appartement dont les prix dépassent assez souvent 10 000 RMB (1400 €) le mètre carré.

La contradiction est que les quelques mesures récentes décidées pour tenir la tête du marché immobilier et des industries afférentes hors de l’eau, poussent dans la direction inverse de celle souhaitée par le planificateur de l’exode rural : elles tirent les prix des logements vers le haut ou à tout le moins elles ne les incitent pas à la baisse [3].

Les contradictions de l’immobilier directement liées à l’activité industrielle de secteurs clés de l’emploi et aux questions politiquement sensibles de la paix sociale et de l’intégration des migrants illustrent la difficulté des réformes de fond.

La bascule qualitative du schéma de croissance que le pouvoir tente de promouvoir depuis 2013 nécessite de bousculer les schémas anciens qui, eux-mêmes, garantissaient l’activité et l’emploi, au prix d’une stagnation qualitative, dans un environnement global où l’usine du monde a perdu l’essentiel de ses arguments compétitifs liés aux faibles coûts de production.

C’est à l’intérieur de ces limites contraires que le régime continuera à avancer ses réformes, avec toujours un œil sur les bombes à retardement sociales que sont la faiblesse des services sociaux, des prestations de santé et de retraite, à quoi s’ajoute la situation des migrants et des ruraux pris dans la tempête de l’urbanisation massive du pays.

Notes :

[1Depuis 4 ans, la Banque Centrale a conduit une politique monétaire active accélérée depuis un an, en réduisant 6 fois les taux d’intérêt et 4 fois le taux de réserve obligatoire entre l’automne 2014 et la fin 2015. Le gouvernement a également augmenté ses investissements dans de vastes projets d’infrastructures et allégé les restrictions qui frappent le marché immobilier. Selon Xinhua, cette politique sera poursuivie en 2016.

[2En mars 2015, le bureau national des statistiques avait estimé le nombre des migrants à 268,94 millions.

[3Au cours des 3 premiers trimestres de 2015, la croissance des investissements immobiliers a été voisine de zéro, atteignant ainsi son niveau le plus bas depuis 15 ans, affectant directement les industries vitales du ciment et de l’acier, elles-mêmes criblées de dettes, pouvant être à l’origine de réactions de faillites en chaîne. Alors qu’une politique de long terme avait été décidée pour freiner la hausse des prix immobiliers et réduire les risques d’éclatement de la bulle immobilière, les vents contraires d’une croissance en berne ont poussé les pouvoirs publics à lever les restrictions à l’achat de logements spéculatifs.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Le Yuan, l’étalon Or et le pétrole. Décryptage d’un mythe

Réforme des groupes publics par l’injection de capitaux privés

Au-delà des indices, les grands soucis économiques du régime

Pékin, Washington, Pyongyang. Du tambour de guerre aux conflits commerciaux

WANDA group et COSCO, deux histoires contrastées, révélatrices des stratégies de Pékin